mercredi 2 octobre 2013

Rush


RUSH retrace le passionnant et haletant combat entre deux des plus grands rivaux que l’histoire de la Formule 1 ait jamais connus, celui de James Hunt et Niki Lauda concourant pour les illustres écuries McLaren et Ferrari. Issu de la haute bourgeoisie, charismatique et beau garçon, tout oppose le play-boy anglais James Hunt à Niki Lauda, son adversaire autrichien, réservé et méthodique. RUSH suit la vie frénétique de ces deux pilotes, sur les circuits et en dehors, et retrace la rivalité depuis leurs tout débuts.





 
Avec Rush, la formule 1 possède enfin son film de référence. Enterrez le souvenir catastrophique qu’était le Driven de Renny Harlin avec ce bon vieux Sly – Stallone en tant que scénariste et acteur… dans le genre erreur de casting, on ne fait pas mieux – totalement dépassé par les événements et foncez dans les salles obscures découvrir ce double biopic au ras du bitume sur la rivalité révérencieuse entre Niki Lauda et James Hunt. 

Piloté d’une caméra virtuose par Ron Howard (Apollo 13, Frost/Nixon, A Beautiful Mind), le métrage démarre au quart de tour et ne faiblit jamais. Sous les casques, un duo irréprochable. A ma droite, Chris «Thor» Hemsworth, parfait en playboy des paddocks,  à ma gauche, Daniel Brühl, taillé pour le rôle. Et on ne dit pas ça parce qu’il a un patronyme qui s’y prête bien. Les amateurs de F1 et ceux qui ont vu le film comprendront. 

La réussite de Rush tient moins en ses qualités techniques, excellentes tant au niveau de la mise en scène que dans la reconstitution des années 70, qu’en son récit. Le scénariste Peter Morgan, auteur de l’excellent The Queen, doit remercier l’Histoire de l’automobile car celle-ci lui offre une formidable aventure humaine. La compétition qui a réellement opposé les deux pilotes est en soi un scénario bien troussé avec son lot de suspense, de spectacles et de rebondissements. La saison 1976 de F1 est incroyable ne serait-ce qu’en termes de dramaturgie. Rush est grisant et devrait sans trop de mal agripper un public hermétique aux vrombissements des bolides. 

Finalement, il est curieux que ce film n’ait pas vu le jour plus tôt tant ce duel est particulièrement cinématographique. Presque aussi majestueux que le documentaire «Senna» réalisé en 2010 sur le légendaire pilote brésilien.

Note:
Critique: Professeur Grant

1 commentaire:

  1. En voyant la BA, j'avais l'impression que ca serait encore un film de gros beauf à la Driven (comme quoi, je n'suis pas le seul... ;) ) surtout avec "Thor"!

    Votre 4 étoiles, ainsi que bon nombre d'articles que j'ai également pu lire dessus, pourraient bien me faire changer d'avis... Le malin a planté la graine! :p

    RépondreSupprimer