Recherche

samedi 21 décembre 2013

Whitechapel 

Le jour où j’ai découvert ‘Whitechapel: Le retour de Jack l’Éventreur’, c’est le jour où j’ai eu ma première ‘Netflix-experience’ : un lendemain de soirée entre amis, alors que le réveil était difficile. ‘Whitechapel’ au petit-déjeuner n’est cependant pas l’idée du siècle. Voici pourquoi...


L’intrigue se pose en 2008 dans l’East-End de Londres. Joseph Chandler (Rupert Penry-Jones, qu’on a vu notamment dans ‘Match Point’), jeune poussin fraîchement sorti de l’école de police, est propulsé au poste de détective grâce aux relations de son père. Il se trouve chef d’une équipe d’inspecteurs, des « vieux de la vieille », et est du même coup chargé d’une affaire sordide...

Âmes sensibles, s’abstenir...

Cathy Lane vient de se faire sauvagement assassiner dans une cour d’école exiguë, au fond d’une ruelle sombre, mais tous les potentiels témoins se trouvaient quelques rues plus loin, au pied d’un bâtiment en feu. Zéro témoin pour un meurtre qui – ah tiens – ressemble trait pour trait et s’est déroulé, à quelques mètres près, au même endroit qu’un autre : celui de Mary Ann Nichols, première victime en 1888 de Jack l’Éventreur. Chandler a-t-il affaire à un copycat de Jack ?

Son équipe, et surtout Ray Miles (Phil Davis), inspecteur à qui on ne la fait plus, n’est pas d’accord. Car Chandler vient de sortir de l’école et a encore le nez dans ses livres (un « flic de papier », en somme), or résoudre un meurtre, c’est quelque chose qui se fait sur le terrain, et non en interrogeant des « ripperologists » (que l’on pourrait traduire par « éventrologues »). Qui de Chandler ou de Miles a raison ? Pourront-ils prévenir d’autres meurtres semblables à ceux de l’Éventreur ?

Heureusement pour moi, cette 1ere saison ne compte que 3 épisodes, car Netflix a la faculté de les lancer l’un à la suite de l’autre. 15 secondes de chargement, c’est très (trop ?) court pour s’extirper du fauteuil et attraper la télécommande, un lendemain de veille. (Nous étions 5 dans la pièce, je ne suis pas la seule responsable!) 3 épisodes de 60 minutes chacun (soit 3 petites heures au total) seront suffisantes pour résoudre cette affaire, non sans mal et retournements de situation.

Whitechapel’ nous rappelle de quel flegme les Britanniques sont capables. Très peu de course-poursuites avec des moteurs qui hurlent, ou de scènes d’action où tout explose, nous rappellent que nous sommes à Londres (for Christ’s sake!), et pas au fin fond des USA avec des cow-boys.
Le flic britannique se différencie du flic américain en cela qu’il ne sort pas son arme à la moindre feuille d’arbre qui frémit ; il analyse les indices de façon à ce qu’on y croie (pas ici d’analyse d’ADN à tout va, ni d’ordinateur qui bipe et zoome au moindre effleurement de la souris. Non, ici, le tableau à craie continue de faire ses preuves!) ; il reste humble et écoute l’avis de son équipe, même en cas de désaccord, et est capable de se remettre en question, tout en suivant ses instincts de base.

En somme, cette première saison (diffusée en 2009, oui, j’ai du retard – mais ça veut dire que j’ai encore 3 saisons à rattraper ! ;-) ) diablement efficace et terriblement bien ficelée. Would you like a cup of tea, en plus de ça ?

Choupette

Aucun commentaire:

Publier un commentaire