Recherche

mercredi 27 avril 2016

Trumbo

Hollywood, la Guerre Froide bat son plein. Alors qu'il est au sommet de son art, le scénariste Dalton Trumbo est accusé d'être communiste. Avec d'autres artistes, il devient très vite infréquentable, puis est emprisonné et placé sur la Liste Noire : il lui est désormais impossible de travailler. Grâce à son talent et au soutien inconditionnel de sa famille, il va contourner cette interdiction. En menant dans l'ombre un long combat vers sa réhabilitation, il forgera sa légende.




INT SALLE DE RÉUNION (LIEU TENU SECRET) JOUR

Président exécutif
Chers membres de cette commission de la chambre sur les activités cinéphiles, merci d'avoir répondu à mon appel. À l'ordre du jour : le biopic intitulé 'Trumbo' et la question qui nous importe aujourd'hui : Faut-il aller voir le film de Jay Roach ?

Président suppléant ? Président suppl… pouvez-vous faire votre travail pour une fois et nous divulguer quelques détails sur le film ?

Président suppléant
Mille excuses, Monsieur le Président exécutif. Le film que nous allons passer en revue aujourd'hui est…

Président exécutif
Bon sang, mais réveillez-vous et passer directement à la fiche technique !

Président suppléant [mettant de l'ordre dans ses fiches]
Alors, alors, 'Trumbo' est un documentaire sorti en 2007 et…

Président exécutif
Mais enfin, quel manque de professionnalisme. Nous analysons le film aujourd'hui, pas le documentaire sorti il y a neuf ans…

Président suppléant [relisant ses notes]
Bien sur… je me disais aussi. Tout cela n'avait que peu de sens. Commençons par le commencement. 'Trumbo' est un biopic sorti le 27 avril dernier. L'homme derrière 'Austin Powers' et le très réussi 'Meet the Parents' - Jay Roach - s'attaque cette fois à du matériel historique lourd. Le bonhomme se débarrasse de tous ses accessoires de troubadour et adopte ici un style beaucoup plus sérieux. À noter que le réalisateur avait déjà tenté une incursion dans un genre - - - moins - - - comique avec 'Game Change'. Le film sortait chez nous en 2012 et traitait de la campagne de McCain/ Palin en 2008.

Président exécutif
Les faits, seulement les faits, voyons ! Il faut tout vous apprendre !

Président suppléant
Bien compris. D'une durée de 124 minutes, le long-métrage est basé sur le livre de Bruce Cook. Au scénario, John McNamara, auteur de séries telles que 'Aquarius' et 'Lois & Clark'.

Président exécutif
Voilà qui me semble complet. Président du conseil, pouvez-vous nous communiquer un résumé ?

Président du conseil
Et bien ce n'est pas trop tôt. J'attendais le moment où je pourrais l'ouvrir !

Hollywood, la Guerre Froide bat son plein. Alors qu'il est au sommet de son art, le scénariste Dalton Trumbo est accusé d'être un « Commie ». Comprenez un communiste. Avec d'autres artistes, ils deviennent très vite infréquentables avant d'être emprisonnés et placés sur la fameuse Liste Noire des « Hollywood Ten ». Il leur est désormais impossible de travailler. Grâce à son talent et au soutien inconditionnel de sa famille, Trumbo va contourner cette interdiction. En menant dans l'ombre un long combat vers sa réhabilitation, il forgera sa légende.

Président exécutif
Bien. Quelqu'un peut-il nous apporter des précisions sur le casting ?

Président suppléant [pris d'un moment de panique]
Euh… à vrai dire, je ne pensais pas devoir présenter cette section…

Président exécutif
Monsieur le Président du conseil ?

Président du conseil
Bryan Cranston joue Dalton Trumbo et force est de constater que l'acteur crée un personnage multi-couches à la fois extravagant et admirable. Pour faire court, Cranston est Trumbo. Il est possédé. « Dalton Trumbo, sort de ce corps ! » aurait-on presque envie de crier avant le générique de fin. Son visage affiche presque sur chaque plan le même rictus que le célèbre scénariste.
Diane Lane joue sa femme à l'écran et Elle Fanning interprète sa fille.
John Goodman, tout comme dans 'The Artist' et 'Argo', donne ses traits à un patron d'une petite production de films. Dame Helen Mirren apparaît comme la chroniqueuse peu scrupuleuse d'un journal à potins.
David James Eliott en John « The Duke » Wayne et Dean O'Gorman (un des nains de la troupe de Bilbo) en Kirk Douglas. Ces derniers jouent à fond la carte nostalgique.

LA SALLE DE RÉUNION EST BRUSQUEMENT PLONGÉE DANS LE NOIR

Président suppléant
Les plombs ?

Président exécutif
Marlène ? Marlène, pouvez-vous rétablir le courant ? Nous n'avons pas terminé...

APRÈS QUELQUES INSTANTS, LES LUMIÈRES DE LA SALLE S'ALLUMENT À NOUVEAU

Ce n'est pas la première fois que Marlène nous fait le coup. Bien. Poursuivons. Revenons-en à nos moutons. Que dire au niveau de la thématique du film ?

Président du conseil
'Trumbo' mêle habilement hypocrisie politique, manipulation, paranoïa et vie de famille. Le héro fait preuve de persévérance et s'installe en un modèle de ténacité dans un contexte de chasse aux sorcières communistes après une période de « don't ask, don't tell ». Dans le film, la carrière de 'Trumbo' va se froisser au moment où elle atteint son apogée. Pas de quoi refroidir le gaillard qui va se battre pour ses convictions. Pas tant pour soutenir le Parti Communiste (pour lequel il avait une carte) mais parce qu'une période de changements prenait alors place. Les Russes avaient aidé les Américains pendant la seconde guerre mondiale. Être membre du Parti Communiste au sortir de la guerre ne constituait alors pas un crime. Blacklisté mais pas découragé, Trumbo triomphera au final sur la victimisation. Le scénariste aura, pour ainsi dire, eu le dernier mot.

Là où le film évite de s'élever en donneur de leçons, c'est dans son épilogue qui met l'accent sur un discours de 1970 à la Guilde des scénaristes d'Hollywood. Lors de cette remise de prix, Trumbo délivre un message sans rancœur ni haine aucune. Un bel exemple de pardon.

Président exécutif
Fort bien. Merci pour cette analyse… Autre chose à ajouter ?

Président suppléant
Je pense que nous serons tous d'accord pour admettre que 'Trumbo' se glisse dans la lignée de 'Barton Fink', 'The Artist', ou encore 'Hail, Caesar'. Le film rendant hommage à l'âge d'or du cinéma Hollywoodien.

Président du conseil
Assurément.
Nonobstant quelques belles répliques et autres envolées lyriques (et parfois caustiques) qui font mouche, le film peine à rendre hommage à ce scénariste de l'ombre qu'était Dalton Trumbo.

Président exécutif
Êtes-vous en train de dire que le scénario est un peu faiblard ? C'est le comble pour un film traitant de scénaristes !

Président suppléant
Oui. Et ce n'est pas le seul défaut du film. 'Trumbo' déçoit aussi quelque peu dans sa narration qui se veut chronologique et par conséquent banale. Quant au casting, une partie de celui-ci est malheureusement relégué au rang de clichés. Tous s'effacent pour faire plus de place à Cranston. Et que dire de la fille de Trumbo, qui pendant la détention de son papa (11 mois passés en prison) semble prendre quatre ans dans la figure (avec un changement d'actrice à la clé).

Président exécutif
Des anecdotes de tournage, Monsieur le Président du conseil ?

Président du conseil
Quelques-unes. Cranston, habité par le personnage, se serait laissé aller à quelques scènes improvisées et aurait même tapé quelques répliques sur sa machine à écrire.
Kirk Douglas - l'acteur de 'Spartacus', film qui mit fin à la liste noire - aurait apparemment approuvé le film, gage d'un certain réalisme.

Président exécutif
Place maintenant à la remise de notre verdict. Qu'en dites-vous, messieurs ?

LA SALLE DE RÉUNION EST À NOUVEAU PLONGÉE DANS LE NOIR

Président suppléant
Les plombs ?

Président exécutif
Je le crains. Marla ? Marla, êtes-vous toujours là ?

UN SILENCE PLANE SUR LA SALLE DE RÉUNION

Président exécutif
Bon. Pourquoi ne pas sortir et terminer cette réunion au grand air ?

Président du conseil
Bonne idée. Allons nous dégourdir les jambes.

Président suppléant
Quelqu'un aurait un briquet ? C'est qu'on n'y voit rien ici…

QUELQUES MINUTES PLUS TARD

EXT PARKING JOUR

Président exécutif
Voilà qui est mieux. Alors, ce verdict ?

À QUELQUES RUES DE LÀ, LES SIRÈNES D'UNE AMBULANCE RETENTISSENT

Président suppléant
J'ai l'impression qu'on nous observe.

Président exécutif
Allons, allons, cessez de laisser libre cours à votre imagination ! Vous vous faites des idées ! Président du conseil ? Votre verdict ?

Président du conseil
Suis-je le seul à me demander pourquoi l'homme au chapeau de l'autre côté de la rue nous prend en photo ?

Président exécutif
Vous n'allez pas vous y mettre, vous aussi. D'abord le Président suppléant, maintenant v… Mais où est-il ? Je ne le vois nul part. Vous le voyez ?

Président du conseil
Non. On nous observe toujours. Rentrons dans ce café, c'est plus sûr...

Président exécutif
Vous êtes sûr ?

Président du conseil
Affirmatif.

INT CAFÉ JOUR

Serveuse
Qu'est-ce que ce sera pour vous ?

Président exécutif
Un café.

Président du conseil
Un Pepsi sans sucre. Merci.

Pour en revenir au f… à ce dont nous parlions… Je dirais que le sujet de cette réunion n'est ni visuellement raté, ni narrativement réussi. Je parlerais plutôt d'une réussite en demi-teinte. Le film s'accorde une certaine légèreté de ton plutôt appropriée au vu de toutes les vies gâchées. Dommage que le réalisateur n'ait pas étayé le côté satirique.

Serveuse
Vos boissons.

Président du conseil
Merci.
Indubitablement pas de la même encre qu'un film des frères Coen, 'Trumbo' est carré, sans réelle prise de risque. Il convainc toutefois grâce à l'héroïsme de son sujet et à la presque tentative d'usurpation d'identité de Bryan Cranston. Le long-métrage nous fait également réfléchir sur d'autres enjeux actuels. Oubliez la chasse aux sorcières, pensez au « whitewashing ».
Somme toute, on se dit que le réalisateur aurait pu rater le coche s'il n'avait pas pensé à l'homme qui a fait de 'Breaking Bad' une série phénomène.
On retrouvera par ailleurs ce même duo sur HBO pour la série 'All the Way' centrée sur Lyndon Johnson.

Président exécutif
Voilà qui met un terme à cette réunion… C'est pour moi… Merci à vous pour cet éclairage.

Président du conseil
Au plaisir. Bonjour chez vous… et restez sur vos gardes.

Président exécutif
De même très cher. De même.

Note : 
Critique : Goupil

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire