mardi 3 janvier 2017

Passengers



Alors que 5000 passagers endormis pour longtemps voyagent dans l’espace vers une nouvelle planète, deux d’entre eux sont accidentellement tirés de leur sommeil artificiel 90 ans trop tôt. Jim et Aurora doivent désormais accepter l’idée de passer le reste de leur existence à bord du vaisseau spatial. Alors qu’ils éprouvent peu à peu une indéniable attirance, ils découvrent que le vaisseau court un grave danger. La vie des milliers de passagers endormis est entre leurs mains…










Inscrit depuis des lustres sur la « black list », soit le relevé des scenarii les plus convoités d’Hollywood, « Passengers » propose en effet un pitch SF imparable : alors que 5.000 passagers plongés en hibernation voyagent dans l’espace vers une nouvelle planète, un d’entre eux (Chris Pratt, fidèle à lui-même) est accidentellement tiré de son sommeil artificiel 90 ans trop tôt. Condamné à errer seul dans cet immense vaisseau spatial, Jim, technicien, décide de réveiller une belle écrivaine, Aurora, incarnée par la sculpturale Jennifer Lawrence.

Si on commence par un huis clos existentiel passionnant, le long métrage se mue petit à petit en comédie romantique plus conventionnelle avant de se conclure en thriller d’action pétri de clichés. C’est d’autant plus regrettable que tout commençait bien avec ce cas de conscience captivant qui voit le héros condamné à mourir à bord avant d’atteindre sa destination. S’il va essayer vaille que vaille de changer le cours des choses, l’idée de réveiller un autre passager va s’imposer à lui comme l’unique solution pour rompre sa solitude.

Et cette superproduction ne fonctionnera jamais aussi bien que dans ce moment ; cette tension génère un suspense implacable. L’angoisse mâtinée de quelques touches humoristiques distillées par un robot-barman devenu confident (formidable Michael Sheen) transcende cet intriguant récit de science-fiction. Les décors futuristes somptueux et gigantesques viennent également renforcer la vacuité existentielle et le profond désarroi vécus par le protagoniste. Une figure héroïque un peu creuse notera au passage le cinéphile un tantinet tatillon.


La love story qui suit se montre moins surprenante tandis que la résolution finale relève du fiasco complet et démontre par-là le manque d’idées du réalisateur Morten Tyldum. Sa mise en scène est à l’image de son précédent film, « The Imitation Game » : académique et manquant de souffle cinématographique. Si le Norvégien maîtrisait jusque-là son métrage, ce dernier se précipite dans le dernier tiers avec un climax brouillon et foutraque. Dommage que cette conclusion bâclée vienne gâcher un récit particulièrement efficace.

Note:

Critique: Professeur Grant 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire