Recherche

vendredi 24 août 2018

Mission: Impossible - Fallout




Les meilleures intentions finissent souvent par se retourner contre vous… Dans Mission: Impossible – Fallout, Ethan Hunt accompagné de son équipe de l’IMF – Impossible Mission Force et de quelques fidèles alliées sont lancés dans une course contre la montre, suite au terrible échec d’une mission.







Nom : McQuarrie. Prénom : Christopher. Pour le commun des mortels, ce patronyme n’évoque rien. Le cinéphile, lui, voit jaillir de sa mémoire une kyrielle de références cinématographiques. En tant que scénariste, l’Américain est l’auteur des scripts rusés du cultissime « The Usual Supsect » ou encore de l’étonnant « Edge of Tomorrow ». Dans le costume du réalisateur, l’homme a ressuscité l’icône hollywoodienne Tom Cruise avec le thriller brutal et saignant « Jack Reacher ». Et puis, surtout, il a mis en scène « Mission Impossible : Rogue Nation », blockbuster de haute volée.

Aujourd’hui, la franchise d’espionnage rompt avec la tradition. D’ordinaire, une nouvelle suite appelait automatiquement un cinéaste inédit derrière la caméra. Après le triomphe critique et commercial du cinquième volet, le quinquagénaire est rappelé pour mettre en boîte le sixième opus. Un choix qui fait sens quand on sait que les deux épisodes sont étroitement liés. Et de fait, le résultat donne raison aux producteurs. Christopher McQuarrie remplit son office avec métier. Tant sa mise en scène pêchue que son intrigue finement ciselée lui permettent de siéger au panthéon du septième art.

Le New-Jersiais parvient derechef à trouver le bon équilibre entre action débridée et récit retors. Il livre une histoire trépidante, habile et généreuse en rebondissements incroyables - pour ne pas écrire impossibles – sans toutefois prendre le spectateur pour un sombre idiot. Celui-ci réussit la balance parfaite entre des morceaux de bravoure hyper efficaces (le saut en parachute, les patates de forain dans les toilettes, la course-poursuite à moto…) et une trame narrative fluide qui maintient un solide suspense du début à la fin: fausses pistes, faux-semblants, faux gentils… mais vrai plaisir cinématographique!

Un métrage tonitruant qui divertit sans coup férir atteignant facilement le firmament du cinéma d’action où l’on retrouve le James Bond « Skyfall ». Ceci grâce à une maestria technique et un casting quatre étoiles qui fait le job sans sourciller (Henry Cavill, Rebecca Ferguson, Simon Pegg, Ving Rhames, Vanessa Kirby, Alec Baldwin, Michelle Monaghan, Angela Bassett, Sean Harris). A 56 balais, Tom Cruise paye toujours de sa personne dans des cascades dantesques à couper le souffle. De quoi galvaniser les aficionados mais aussi toute audience à la recherche d’une superproduction estivale spectaculaire et futée.

Du grand spectacle effréné, grisant, vrombissant, nerveux et tout bonnement jubilatoire. Ne boudez pas votre plaisir, offrez-vous des pop-corn et faites-vous un kiff !

Note : 

Critique : Professeur Grant

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire