mardi 8 mai 2012

American Reunion


Jim, Michelle, Oz, Heather, Kevin, Vicky, Stifler et Finch se réunissent à East Great Falls, Michigan, à l'occasion du bal des anciens.  


Treinze ans après le premier ‘American Pie’, ‘American Reunion’ débarque sur nos écrans. Après quatre spin-offs (‘Band Camp’, ‘The Naked Mile’, ‘Beta House’, ‘The Book Of Love’) et d’innombrables parodies, on peut se demander à juste titre si la série à encore quelque chose à apporter. ‘American Reunion’ fait-il pâle figure dans l’histoire de la série ou bien fait-il jeu égal avec les trois premiers films ? 

Dès la scène d’intro, le ton est donné : on retrouve les mêmes situations cocasses, les mêmes vannes crasseuses, les mêmes surnoms débiles. Tout a été soigneusement respecté pour tenter de retrouver la recette de la tarte originale ! Cette nostalgie presque outrancière se retrouve même dans les musiques (on retrouve le thème d’Oz et Heather). Le script tient la route tant beaucoup de passages font écho aux prémisses de la série. La psychologie du père de Jim est ici étayée pour lui donner un véritable premier rôle. 

On a beaucoup essayer de lui trouver des fausses notes, on n’y parvient que difficilement (on déplore juste le réveil de Jim calqué sur ‘Hangover’). 
Pourtant, bien qu’American Reunion’ mêle subtilement vannes potaches et humour pince-sans-rire, on se dit tout de même qu’il y a une certaine part de retenue. Mais c’était sans compter sur la scène finale qui fait envoler ce dernier constat.   
American Reunion’ est tellement réussi qu’il ne peut avoir été réalisé que par un fan de la saga. Dans le cas présent, ils sont deux. Je veux bien sûr parler des réalisateurs de ‘Harold & Kumar Escape from Guantanamo Bay’. On retrouve avec un plaisir non dissimulé les musiques qui ont contribuées au succès de la série (‘Sway’, ‘Laid’, etc). 

On retiendra Ali Cobrin (Kara), la révélation du film!

We’ll always be there for each other’. Tel est le message de ce quatrième ‘American Pie’. Il est par conséquent difficile d’imaginer qu’une suite ne voie pas le jour d’ici un an ou deux. A voir entre potes !  

Note: 
Critique: Goupil

Aucun commentaire:

Publier un commentaire