Recherche

mercredi 4 juillet 2012

The Amazing Spider-Man

Peter Parker trouve un indice qui pourrait l'aider à comprendre pourquoi ses parents ont disparu alors qu’il était tout petit. Il va croiser le chemin du Dr Curt Connors, ancien collègue de son père. 



Pas un numéro zéro et encore moins un épisode quatre, The Amazing Spider-Man est ce qu’on nomme dans le jargon cinématographique un «reboot». En substance, on prend la même histoire que la série originale sans tenir compte de ce qui a été fait. Du coup, le récit est grosso merdo pareil au premier volet de la trilogie initiée par le tandem Sam Raimi/Tobey Maguire. Les différences sont légères: nouveau Spidey, autre nana, différent système de lancée de toile et un méchant jamais vu sur la toile. 
Qu’en penser? Que cette nouvelle adaptation s’affranchit de l’incontournable comparaison avec les premières aventures au cinéma de l’homme-araignée, que l’histoire captive même si on la connaît et que Marc Webb, réalisateur du merveilleux (500) days of Summer et de quelques clips de Green Day, a le chic pour mettre sur pellicule des moments intensément vrais entre les différents protagonistes nonobstant la grosse dose de fantastique de l’intrigue. Il est aidé dans sa tâche par la crème de la nouvelle génération d’acteurs qui n’en finit pas de monter sur la planète Hollywood: Andrew Garfield (Boy A, The Social Network) et Emma Stone (Easy A, The Help). 
Spiderman version 2012 existe indépendamment du reste de la saga avec sa propre psychologie des personnages et des scènes d’action spectaculaires. Le cinéphile tatillon admettra juste que Sam Raimi avait nettement plus de maîtrise dans le spectacle mais, à sa décharge, aussi plus de difficultés à raconter l’histoire d’amour entre Peter Parker et Mary-Jane. Il reprochera également à Marc Webb d’avoir loupé l’une ou l’autre scène cruciale (avec l'oncle notamment). Mais, in fine, The Amazing Spider-Man ne déshonore pas cette saga lucrative qui, si l’on en croit le final, peut encore voir venir une voire plusieurs suites. Est-ce que le box-office suivra…?

Note: 
Critique: Professeur Grant

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire