mercredi 8 juin 2016

Point Break

 


Dans le cadre de son enquête sur des braqueurs de banques, l'agent du FBI Johnny Utah infiltre un groupe d'adeptes des sports extrêmes, menés par le charismatique Bodhi.

Filmé sur quatre continents et dix pays, “Point Break” est le remake du film éponyme sorti en 1991. Tout le monde (ou presque) se souvient des longs cheveux de Keanu Reeves et du sourire de Patrick Swayze. 


Ericson Core - le réalisateur du film “Invincible” - réunit autour de lui un casting de jeunes talents n’ayant pas froid aux yeux. Edgar Ramirez (vu dernièrement dans “Gold”), Luke Bracey (“Hacksaw Ridge”) et Teresa Palmer (“Hacksaw Ridge”, “Warm Bodies”) forment un joli trio.

S’inspirant très largement de la même storyline, les scénaristes ajoutent une touche d’éco-terrorisme ainsi qu’une série d’épreuves de l’extrême. Cette liste d’épreuves mortelles nous est concoctée par un soi-disant éco-guerrier dont nous ne savons rien si ce n’est le nom : Ono Ozaki. Celui/celle cherchant à accomplir l’Ozaki 8 devra passer huit épreuves et pas des moindres, jugez plutôt : survivre à des rapides dangereux, faire un base jump du sommet d’une montagne, effectuer une chute libre depuis un avion pour atterrir dans une grotte naturelle, surfer une vague de plus de 25m, sauter d’un ravin en wingsuit, faire du hors-piste en snowboard sur un versant jamais foulé, escalader une falaise à mains nues et enfin, - l’acte de la confiance ultime - sauter du haut de la plus haute cascade du monde.

Le film a beau offrir son lot de références à l’original, il se veut au final peu respectueux du film culte de Kathryn Bigelow. Bigelow avait très adroitement réussi à dépeindre la subculture insulaire caractéristique des surfeurs de l’époque. Ici le réalisateur ne semble avoir qu’une idée en tête: “Toujours plus loin, toujours plus vite (...)” [air connu].

Le constat n’est pas que négatif puisque le tout bénéficie d’une photographie vertigineuse et d’une chorégraphie extrêmement pointilleuse (tourner une scène 60 fois pour obtenir la bonne prise). Peu d’effets spéciaux ont ainsi été utilisés; l’équipe du film préférant s’offrir les services des meilleurs athlètes de l’extrême du moment. Ont participé aux cascades du film : Jeb Corliss - le meilleur parachutiste en “wing suit” du monde, les légendaires surfeurs Laird John Hamilton & Sebastian Zietz ainsi que le skater pro Bob Burnquist et le grimpeur pro Chris Sharma.

Comme pour toute oeuvre de fiction, notre suspension volontaire de l'incrédulité prend les commandes afin de ne pas trop se focaliser sur les incohérences. Mais tout de même, il y a des limites ! Le réalisateur nous a perdu après la scène de l’explosion de la mine d’or, complètement WTF-esque !

Ericson Core, en cherchant à dépoussiérer le matériel-source, a oublié de se demander ce qui faisait le charme de l’original. Là où le nouveau “Point Break” se vautre magistralement, c’est en s’auto-proclamant zen, quand il transpire exactement tout l’inverse. Préférez l’original à ce remake peu respectueux. 

Goupil 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire