Recherche

mercredi 25 juillet 2012

The Dark Knight Rises

Il y a huit ans, Batman a disparu dans la nuit : lui qui était un héros est alors devenu un fugitif. S'accusant de la mort du procureur-adjoint Harvey Dent, le Chevalier Noir a tout sacrifié au nom de ce que le commissaire Gordon et lui-même considéraient être une noble cause. Et leurs actions conjointes se sont avérées efficaces pour un temps puisque la criminalité a été éradiquée à Gotham City grâce à l'arsenal de lois répressif initié par Dent.
Mais c'est un chat – aux intentions obscures – aussi rusé que voleur qui va tout bouleverser. À moins que ce ne soit l'arrivée à Gotham de Bane, terroriste masqué, qui compte bien arracher Bruce à l'exil qu'il s'est imposé. Pourtant, même si ce dernier est prêt à endosser de nouveau la cape et le casque du Chevalier Noir, Batman n'est peut-être plus de taille à affronter Bane…

Du talent. Christopher Nolan en est bourré. C’est indéniable. Le Britannique achève sa trilogie avec brio. Le mordu de la saga ne sera pas déçu même si le film n’est pas exempt de tout défaut. Le plus agaçant reste son manque de finesse dans les transitions. Des coupes trop rapides et abruptes qui heurtent la rétine et cassent l’uniformité de l’œuvre. Autre point négatif, l’empressement de Nolan dans la narration. La densité de son récit, dont on apprécie la résonnance avec l’actualité, l’oblige à accélérer le rythme au point d’en devenir un chouia brouillon dans le montage. Quelques tares qui lui collaient déjà à la peau lors des précédents volets. 
Mais, à côté, il y a les nombreuses qualités de l’entreprise nolanienne. Le réalisateur a non seulement ce don pour trouver des bad guys mémorables («The better the villain, the better the picture», disait jadis Hitchcock), mais aussi l’intelligence de la distribution. Caster l’incroyable Tom Hardy (ceux qui ont vu Bronson de Winding Refn savent que c’est un génie) dans la peau du terroriste Bane était une merveilleuse idée. Le comédien y déploie tout son talent dans ce rôle pourtant difficile car handicapé par un masque encombrant. L’anglais a réalisé un travail extraordinaire sur sa voix, unique paramètre pour faire exister son personnage et lui conférer son côté effrayant. Quant à Anne Hathaway, elle enfile de fort belle manière le costume moulant de la féline Catwoman. Gravite autour d’eux une kyrielle de seconds rôles inoubliables incarnés par des comédiens aguerris comme Gary Oldman, Michael Caine, Morgan Freeman ou le toujours excellent Joseph Gordon-Levitt. Christian Bale, irréprochable en Batman comme l’était naguère Michael Keaton dans les versions burtoniennes.
Le spectacle (la première scène de Bane, renversante!) est présent également mais reste toutefois en deçà de ce que nous avait habitué Christopher Nolan par le passé. La mise en scène moins recherchée et plus caricaturale ne dérange pas (on est dans le cliché du superhéros) et permet un final épique qui conclut magistralement cette saga cohérente de bout en bout. Même s’il on retiendra le second opus pour sa noirceur et son nihilisme total symbolisés par un Joker culte (merci Heath Ledger qui offre au septième art l’un de ses plus mémorables détraqués), on évoquera plus souvent la trilogie comme un tout homogène et logique. The Dark Knight Rises est incontestablement le divertissement de haute qualité de l’été qu’il est impossible de manquer! En deux mots, l’apophtegme suivant: An Epic of Epic Epicness! (cf. Scott Pilgrim) 


Note: 
Critique : Professeur Grant

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire