Recherche

mercredi 19 septembre 2012

Lawless

1931. Au cœur de l'Amérique de la prohibition, dans le comté de Franklin et l'état de Virginie célèbre pour sa production d'alcool de contrebande, les trois frères Bondurant sont des trafiquants notoires. Jack, le plus jeune, ambitieux et impulsif, veut transformer la petite affaire familiale en trafic d'envergure. Howard, l'aîné, est le bagarreur de la famille. Forrest, le cadet, fait figure de chef et reste déterminé à protéger sa famille. Seuls contre une police corrompue, une justice arbitraire et des gangsters rivaux, les trois frères s'inscrivent dans la légende.



Lawless’ in a nutshell : PROHIBITION – INJUSTICE – ALAMBICS – RHUM – CHICAGO – MAFFIEUX – CORRUPTION – LÉGENDE –  COUPS BAS – GUNFIGHTS.
Lawless’ (‘Des Hommes Sans Loi’ chez nous) est un film coup de poing qui offre à Tom Hardy son rôle le plus charismatique de sa jeune carrière à la filmographie déjà fort impressionnante (‘RocknRolla’, ‘Bronson’, ‘Inception’, ‘The Dark Knight Rises’). Au sortir de la projection, il semble désormais avoir l’étoffe pour remplacer Daniel Craig en 007. Dans ce dernier film de John Hillcoat (‘The Road’), Tom hardy ne semble pas robuste : il INCARNE la robustesse. La réalisation est à couper au rasoir, certains plans pénombre/ clarté étant simplement éblouissants. Le casting, quant à lui, est presque mirobolant : LaBeouf (‘Disturbia’, ‘Transformers’), Chastain (‘Take Shelter’, ‘The Help’, ‘The Tree of Life’), Wasikowska (‘Alice in Wonderland’), Pearce (‘The Time Machine’, ‘L.A. Confidential’) et Oldman (‘Batman’, ‘Harry Potter’, ‘The Fifth Element’) font de ce film un long-métrage qui vient littéralement se hisser au rang de film culte, sans passer par la case « doute ». ‘Lawless’, c’est un peu ‘The Untouchables’ de De Palma, la dichotomie entre les gentils et les méchants en moins, et un humour certain en plus. Ici, il est en effet difficile de dire qui sont les gentils/ les méchants tant la corruption est présente chez ceux qui revêtent le « Badge ». Gary Oldman est, comme à son habitude, impérial. Mia Wasikowska est d’une beauté rare et d’un jeu fort juste. Guy Pearce incarne ici avec brio la pire crapule qu’Hollywood ait vue depuis très longtemps. Un seul regret : le film ne dure que 115 minutes ! Le mot de la fin : Don’t mess with Tom Hardy !!!   


Note: ★★★★
Critique : Goupil

Si certains personnages manquent d’épaisseur pour véritablement exister à l’écran – on pense notamment à Gary Oldman davantage en mode figuration qu’interprétation -, on ne voit pas bien ce qu’on pourrait reprocher d’autre à cette excellente surprise que constitue Lawless. Un film à mi-chemin entre le western et le gangster movie qui prend le contexte des années 30 comme toile de fond, période où la prohibition fait rage. Une vision plus country qui change des images d’Epinal dont l’usine cinématographique californienne use et abuse. Pas de Chicago ensanglanté, pas d’Al Capone cigare à la bouche et mitraillette au poing, pas (trop) de ruelles sombres inquiétantes. Le duo Nick Cave/John Hillcoat, déjà à l’origine de l’honnête The Road avec Viggo Mortensen, prend soin de ne pas répéter une fiction mille fois vues dans l’Histoire du cinéma et tente de raconter une chronique originale à partir d’un thème éculé. Et ils y arrivent sans trop de peine. Grâce à un scénario malin et finement écrit où les personnages sont bien dressés et à une distribution au service du récit, Lawless devient une œuvre incontournable de l’année. Tom Hardy (Bronson, Bane dans The Dark Knight Rises) confirme qu’il est purement et simplement une bête de performance, Shia LaBeouf montre que son talent ne se limite pas à la course à pied en vannant avec des robots démesurés et Guy Pearce et sa carrière protéiforme (films d’auteur, nanars, série B, blockbusters etc.) est un excellent bad guy qu’on adore détester. Bien qu’on soit dans une histoire de mecs, le casting féminin s’en sort avec les honneurs. Avec Jessica Chastain et Mia Wasikowska au casting, il y avait très peu de chance qu’on soit déçu. Immanquable. 

Note: ★★★★
Critique: Professeur Grant

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire