Recherche

vendredi 26 octobre 2012

Skyfall




Sorti en salles exceptionnellement ce vendredi 26 octobre, Skyfall célèbre le cinquantième anniversaire de la saga James Bond de brillante façon. L’illustre réalisateur Sam Mendes, à qui l’on doit des pépites comme American Beauty, Jarhead ou encore Away We Go, arrive à délivrer un 007 moderne avec la douce saveur des films d’antan.
On y retrouve tout ce qui fait le succès de la série depuis des lustres. A savoir des James Bond Girls sculpturales, des gadgets innovants, un méchant particulièrement efficace (formidable Javier Bardem lancé dans une incroyable vendetta!), une introduction spectaculaire avec la course poursuite stambouliote, un générique et une chanson d’Adele superbes, de l’exotisme, une intrigue qui tient la route – ce qui n’a pas toujours été le cas – et des scènes d’action musclées de haute voltige.
Le metteur en scène de Revolutionary Road et Road To Perdition se permet, en outre, quelques savoureux clins d’yeux aux précédents épisodes. L’hommage à la vrombissante Aston Martin est juste «priceless»! Daniel Craig reste fidèle à lui-même dans une histoire qui tourne autour de la personnalité de M, une idée bien vue de la part des scénaristes. Nous n’en dirons pas davantage pour vous préserver l’intérêt du long-métrage.
Skyfall est donc un excellent James Bond qui fourmille de bonnes idées comme le retour aux racines écossaises de l’agent secret ou encore l’envie des producteurs de montrer un espion mi vintage, mi moderne. On ne boude pas son plaisir. Mais ce 23e volet ne parvient pas à atteindre le niveau que fut la cure de jouvence Casino Royale. Trop bavard par moment et un rien avare sur l’action, Skyfall manque par-ci par-là de rythme pour bien huiler la mécanique. Ce n’est pas trop dérangeant mais, à ce niveau-là, c’est impardonnable. Plus de considérations envers Sévérine, le personnage joué par la somptueuse Bérénice Marlohe, n’aurait pas fait de tort non plus. Enfin, le spectateur était en droit de garder en mémoire une scène d’anthologie après la projection. Malheureusement, rien de fondamentalement inoubliable ne nous vient à l’esprit.
Qu’à cela ne tienne, si Skyfall n’est pas mythique, il remplit largement son contrat et permet d’oublier le très moyen Quantum Of Solace. Sam Mendes évite les nombreuses pierres d’achoppement du projet et réussit in fine à offrir un hommage personnel tout en respectant les codes de la saga et en faisant de ce nouvel opus une fiction avec tout ce qu’il faut comme ingrédients pour réaliser un divertissement aussi intelligent que passionnant. 

Note: ★★★
Critique : Professeur Grant

2 commentaires:

  1. Trop envie d'aller le voir! Moins bien que Casino Royale? Really?

    RépondreSupprimer
  2. Personnellement, il s'agit de mon préféré. L'intrigue est certes assez prévisible mais bonne et les acteurs sont au top. Quant au méchant, il incarne très certainement l'un des plus charismatique de toute la saga. Ce film est un peu comme un bon vin. Il tient sur la durée et se déguste avec plaisir!

    Stanley

    RépondreSupprimer