Recherche

mercredi 4 septembre 2013

Jobs

"Here’s to the crazy ones. The misfits. The rebels. The troublemakers. The round pegs in the square holes. The ones who see things differently. (…) While some see them as the crazy ones, we see genius. Because the people who are crazy enough to think they can change the world, are the ones who do."



Qui est Steve Jobs ? De l'abandon de ses études universitaires au formidable succès de sa société, voici l'incroyable ascension de Steve Jobs, co-créateur d'Apple Inc., l'un des entrepreneurs les plus créatifs et respectés du XXIe siècle.

Une chaise musicale pour employés RH : voilà à quoi s'apparente le biopic 'Jobs'. À cent lieues d'un 'Social Network' (voire à vingt-mille), le film sur la vie de Steve Jobs manque de vision et de panache. Comble pour un long-métrage sur ce visionnaire. Le casting est appréciable : Ashton Kutcher ('Sex Friends', 'Butterfly Effect', etc), Kevin Dunn ('Transformers'), James Woods ('Once Upon A Time In America') et J.K. Simmons ('Juno').

En dépit d'un bon casting et d'une histoire fascinante, le film est une déconvenue. Fourni sans mode d'emploi (comprenez scénario), on peine encore à distinguer un fil rouge. On déplore le manque de retournements de situation et d'émotions. La bande originale ne colle pas à l'image et aurait pu servir à un documentaire sur ARTE.

Narration : on attendra la version 2.0 (Director's cut ?) tant on ne sait pas où le réalisateur veut nous emmener. On se retrouve là où on ne s'y attend pas. Certains passages de la vie de Jobs sont absents (collaboration avec Microsoft, relation love/hate avec Bill Gates complètement gommée).

Une question nous taraude: où sont passés les make-up artists ? (Steve Jobs ne vieillit pas pendant le long-métrage. Pire: une voix de trentenaire pour un quinqua: on a rarement vu/ entendu ça).

On saluera la performance d'Ashton Kutcher (qui est passé avant le tournage par la case « hosto » suite à l'adoption d'un régime frugivore).

Réalisation efficace mais sans panache. On croirait regarder un documentaire ; ce qui n'est guère surprenant au vu du passé du cinéaste. 

Tout ce que l'on retient à la sortie de la salle: Steve Jobs voulait « changer le monde » mais le biopic éponyme de 2013 ne changera pas l'histoire du cinéma. Vous voulez aller voir cette version ? THINK AGAIN !

MAJ : Sony – Le studio derrière 'The Social Network' - a déjà annoncé préparer un nouveau biopic qui serait basé sur la biographie officielle de Steve Jobs.

Note :
Critique : Choupette & Goupil 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire