mercredi 7 août 2013

Blue Jasmine



Alors qu'elle voit sa vie voler en éclat et son mariage avec Hal, un homme d'affaire fortuné, battre sérieusement de l'aile, Jasmine quitte son New York raffiné et mondain pour San Francisco et s'installe dans le modeste appartement de sa sœur Ginger afin de remettre de l'ordre dans sa vie.



Cate Blanchett ('The Lord of The Rings', 'The Curious Case of Benjamin Button', 'Elizabeth', 'Veronica Guerin', etc) délivre une performance de haut vol comme on en voit rarement de nos jours. Superficielle et naïve, elle passe du rire forcé aux larmes en moins de temps qu'il ne le faut pour l'écrire.

La scène d'intro est fine et nous indique que nous allons passer un bon moment. Une vieille dame qui fait penser à la figure de Woody Allen, et c'est une leçon de mise en scène que nous encaissons. À ce propos, les enfants de la sœur de Jasmine servent ici à faire avancer la trame. Idée remarquable. Dès qu'ils prennent la parole (Maman a dit ceci.. ; Maman a dit cela..), c'est pour faire progresser le schmilblick !

Pas besoin d'attendre très longtemps pour remarquer que Woody se démarque de ses derniers films tournés en Europe. Il retrouve des personnages fragiles, touchants et névrosés. Aucune prise de vue "carte postale" à signaler. On se balade dans la ville qui n'est pas un personnage à part entière, comme se fût le cas récemment chez le réalisateur septuagénaire.

« Au cinéma, il n'y a pas de seconds rôles, il n'y a que des bons rôles.» Cette citation se vérifie encore une fois dans 'Blue Jasmine'. On retrouve des rôles variés d'un réalisme déroutant.

Comme souvent chez Allen, la musique joue un rôle très important. Elle apparaît d'ailleurs avant l'image. Les amateurs de musique jazzy seront très probablement comblés.

Un goût de trop peu s'installe toutefois au moment où tombe le générique de fin. On s'attendait à voir quelle tournure allait prendre la vie de Jasmine. Force est de constater que Woody Allen abandonne un personnage trop perdu que pour savoir quel nouvel horizon arpenter.

Véritable roi de la comédie, Mr Woody - en vieillissant - voit son regard se durcir sur la société contemporaine et perd en chemin une dose d'espoir vis-à-vis de ces contemporains. Le Woody 2013 combine brillamment un choc des cultures à une caricature du monde actuel. 'Blue Jasmine' constitue toutefois un véritable tour de force en passant habilement de la comédie au drame. À voir pour l'interprétation de Cate Blanchett!

Note: ★★★ /★★★★
Critique: Goupil & Stanley 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire