dimanche 5 janvier 2014

Bilan 2013 - le "Top 10" du Professeur Grant

2014 a commencé très fort avec l’excellent «The Wolf of Wall Street» livré par ce bon vieux Marty en ce début de mois de janvier. Mais avant de se pencher sur les longs métrages qui animeront les salles obscures cette année, il est plus que temps de revenir sur nos coups de cœur de 2013. Qu’on se le dise, l’année écoulée regorge de petites pépites dans différents genres: thriller, comédie, feel-good movie, science-fiction etc. Nous avons donc fait le tri et nous vous dévoilons les dix meilleurs films classés par ordre d’importance.


Par ici pour le "Top 10" du Professeur Grant:

 

 

 

1. Mud



 

«Mud», de Jeff Nichols, avec Matthew McConaughey et Reese Witherspoon. 

Parce que c’est purement et simplement un chef-d’œuvre. Incontestablement, le meilleur film de 2013. Il n’y a rien à redire tant sur le plan du scénario, de la mise en scène ou de l’interprétation. Un confrère parlera de «Mud» comme la meilleure fiction à hauteur d’enfants vu depuis des lustres. S’il ne fallait voir qu’un seul métrage cette année, ce serait celui-là. 

Au fur et à mesure, Jeff Nichols, 35 ans, s’impose comme un grand cinéaste. Sa filmographie ne contient pour l’instant que trois longs métrages, mais, écrivons-le sans détour, ce sont trois œuvres incontournables. Peu de jeunes réalisateurs peuvent s’enorgueillir d’un tel palmarès. A deux doigts du 'masterpiece', «Shortgun Stories» révélait déjà un formidable Michael Shannon qui a depuis été recruté par le tout-Hollywood. Un tel talent, ça s’exploite! 

S’en est suivi l'intriguant «Take Shelter» avec le même Shannon dans une histoire étrange teintée de fantastique. Un must-see qui a d’emblée placé ce trentenaire comme le porte-drapeau le plus inspiré du nouveau cinéma indépendant américain. 

Enfin, un an après sa prestigieuse projection cannoise, «Mud» est venu corroborer l'été dernier la singularité du regard de Jeff Nichols. Dans ce film, il y a l’interprétation sans faille de tous les comédiens. Matthew McConaughey bien sûr, l'un des acteurs les plus épatants de ces dix dernières années, mais aussi les vrais héros de cette histoire inscrite dans le sillage de Mark Twain: Tye Sheridan et Jacob Lofland, deux jeunes pousses promis à un bel avenir au cinéma.

 

2. Les Garçons et Guillaume, à Table!

«Les Garçons et Guillaume, à table», de Guillaume Galienne, avec… Guillaume Galienne. 


Parce que c’est l’OFNI (objet filmique non identifié) de l’année. Intime et burlesque, introspection et extravagance, touchant et hilarant. Une comédie incontournable d’une fraîcheur redoutable. Oubliez «La Vie d’Adèle» et son tapage médiatique assourdissant, le meilleur film français de l’année, c’est «Guillaume»!

 

3. Prisoners

«Prisoners», de Gilles Villeneuve avec Hugh Jackman et Jake Gyllenhaal. 


Parce que Jake Gyllenhaal. Parce que Hugh Jackman. Parce que la crise de nerf entre le premier, inspecteur las plongé dans les méandres d’une affaire délicate, et le second, pater familias éploré et enragé par l’inertie de l’enquête sur la disparition de sa fille, restera à coup sûr dans les annales du septième art. Parce que le scénario implacable!

 

4. Rush

 

«Rush», de Ron Howard, avec Chris Hemsworth et Daniel Brühl. 


Parce que la formule 1 possède enfin son film de référence. Ce double biopic au ras du bitume sur la rivalité révérencieuse entre Niki Lauda et James Hunt est piloté par la caméra virtuose de Ron Howard. La réussite de «Rush» tient finalement moins en ses qualités techniques, excellentes tant au niveau de la mise en scène que dans la reconstitution des années 70, qu’en son récit. Le scénariste Peter Morgan (The Queen), doit remercier l’Histoire de l’automobile car celle-ci lui offre une formidable aventure humaine. La compétition qui a réellement opposé les deux pilotes est en soi un scénario bien troussé avec son lot de suspense, de spectacles et de rebondissements.

 

5. Blue Jasmine

«Blue Jasmine», de Woody Allen, avec Cate Blanchett et Alec Baldwin. 


Parce que Cate Blanchett offre la plus belle performance de sa carrière et qu’on ne voit pas très bien comment l’actrice pourrait échapper à l’Oscar. Après un décevant «To Rome with Love», Woody, au sommet de son art, interrompt sa tournée européenne (Londres, Barcelone, Paris) et revient à la maison au top de sa forme en signant l’un de ses meilleurs films. Tantôt mélodrame émouvant, tantôt comédie douce-amère, «Blue Jasmine» est sans aucun doute l’une des plus belles surprises de l’année.

 

6. Silver Linings Playbook

«Silver Linings Playbook», de David O. Russel, avec Bradley Cooper et Jennifer Lawrence. 


Parce que le génialissime David O. Russel (Three Kings, The Fighter et le très attendu American Hustle) offre le meilleur feel-good movie de 2013 et confirme qu’il est excellent dans la direction d’acteurs. Bradley Cooper et Jennifer Lawrence sont phénoménaux. Quant à Bob De Niro, il cesse de cabotiner, rompt sa boulimie de pitoyables films de série b et livre enfin une prestation à la hauteur de son talent.

 

7. Gravity

«Gravity», d’Alfonso Cuarón, avec Sandra Bullock et George Clooney. 


Parce que pendant 1h30, on se retrouve dans les étoiles, en orbite avec deux astronautes pris dans un survival à couper le souffle. Gravity restera le métrage de tous les superlatifs en 2013 avec sa mirifique démonstration technique où le savoir-faire du réalisateur étincelle sur chaque plan. A mi-chemin entre le réalisme et le divertissement, ce blockbuster à la fois intime et épique est une expérience sensorielle inédite et sidérante qui passe tour à tour du ballet hypnotique au cauchemar crispant. Cuarón devrait en tout état de cause décrocher l’Oscar du meilleur réalisateur qui lui avait échappé en 2007 pour son chef-d'oeuvre d'anticipation 'Children of Men'.

 

8. Captain Phillips

«Captain Phillips», de Paul Greengrass, avec Tom Hanks et Barkhad Abdi. 


Parce que rarement un film n’a été aussi captivant. Ce thriller maritime hyper-réaliste est un suspense à couper le souffle, physiquement éprouvant pour le cinéphile avec sa montée en puissance dramatique qui va crescendo jusqu’à un final où le spectateur, au bord de la crise de nerf, a le cœur qui s’emballe. Et puis, parce que la performance inoubliable de Tom Hanks, ne l’oublions pas! Sans aucun doute l’un des meilleurs acteurs de tous les temps (que l’on attend avec impatience en Walt Disney dans «Saving M. Banks» le 26 février prochain).

 

9. The Place Beyond The Pines



«The Place Beyond The Pines», de Derek Cianfrance, avec Ryan Gosling et Bradley Cooper. 


Parce que Derek Cianfrance confirme tout le bien que l’on pense de lui depuis «Blue Valentine» et s’impose définitivement comme un grand auteur contemporain à l’image de Jeff Nichols (Mud). Son métrage, construit à la manière d'un triptyque, est un coup de maître. Pendant 2h20, le réalisateur orchestre une saga familiale passionnante, sise à mi-chemin entre le polar classieux et le mélodrame tragique.

 

10. Zero Dark Thirty



 «Zero Dark Thirty», de Kathryn Bigelow, avec Jessica Chastain et Jason Clarke. 


Parce que même si tout le monde connaît l’issue, la réalisatrice parvient à maintenir un suspense haletant du début à la fin dans ce thriller austère, aseptisé, maîtrisé, précis. La rigueur intellectuelle que s’est donné l’équipe de ce «reported film» est remarquable. Solidement construit et rondement mené, «Zero Dark Thirty» est un tour de force cinématographique et dramatique qui surpasse de loin le précédent métrage de Kathryn Bigelow, l’ultra acclamé et un brin surestimé «The Hurt Locker».


Professeur Grant

Aucun commentaire:

Publier un commentaire