Recherche

mercredi 13 janvier 2016

Carol


Dans le New York des années 1950, Therese, jeune employée d’un grand magasin de Manhattan, fait la connaissance d’une cliente distinguée, Carol, femme séduisante, prisonnière d'un mariage peu heureux. À l’étincelle de la première rencontre succède rapidement un sentiment plus profond. Les deux femmes se retrouvent bientôt prises au piège entre les conventions et leur attirance mutuelle.





 
Un prix d’interprétation à Cannes, ça se mérite. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Rooney Mara ne l’a pas volé. Fragile, douce, sensuelle, l’actrice se révèle extraordinaire dans la peau d’une femme… ordinaire. Celle-ci signe ici une composition millimétrée, tout en retenue, et livre une belle palette de sentiments complexes. On savait qu’elle était talentueuse après l’avoir vue en Lisbeth Salander dans «The Girl with The Dragon Tattoo», véritable rôle de composition. Mais ici, la comédienne fait bien plus que confirmer tous les espoirs mis sur ses épaules.

Dans «Carol», elle joue Therese, une jeune employée d’un grand magasin de Manhattan, qui tombe sous le charme d’une cliente distinguée, Carol, femme séduisante et sophistiquée, prisonnière d’un mariage malheureux. À l’étincelle de la première rencontre succède rapidement un sentiment plus profond. Seulement, dans les fifties, les passions saphiques font mauvais genre. Elles se retrouvent bientôt prises au piège entre les conventions liberticides et leur amour éthéré.

La fameuse Carol du titre, c’est elle: Cate Blanchett. Une voix, grave, un regard, profond, une silhouette, élancée, un charme, fou. Au sommet de son art, l’Australienne se montre tout simplement radieuse et trouve en ce personnage un rôle à la hauteur de son talent. Quelle n’est pas alors notre incompréhension face à la décision du jury cannois de récompenser uniquement sa complice. Car tout comme sa partenaire, elle signe ici une partition à la fois subtile et délicate digne de toutes les louanges et toutes les nominations que ce soient.

La justesse de l’interprétation n’a d’égal que la précision de la mise en scène. Plus qu’un hommage classieux aux productions cinématographiques des années cinquante, «Carol» est un magnifique mélodrame - dans le sens le plus noble du terme - sublimé par la photographie soignée d’Edward Lachman, esthète s’il en est. Todd Haynes assume à cent pour cent le classicisme de sa réalisation et orchestre son métrage avec une pudeur exemplaire. L’écrin est superbe et nous remémore sa flamboyante mini-série, la méconnue «Mildred Pierce», chef-d’œuvre estampillé HBO (The Wire, Six Feet Under, The Sopranos).

Dommage que ce portrait de femmes en quête d’émancipation ne tienne pas les deux heures. Car si la forme est des plus esthétiques - soulignons un étincelant travail de reconstitution de l’Amérique conservatrice des années cinquante (décors, costumes, effets visuels… ad hoc), le fond, lui, manque d’envergure. On pourra ainsi déplorer un relatif manque d’émotion. En se tenant un peu trop à distance, le cinéaste peine à ébranler le tout-regardant. En outre, dans sa partie road-movie, le scénario s’enlise dans une certaine langueur qui tend irrémédiablement vers l’apathie. Difficile ensuite de tirer le spectateur léthargique de sa torpeur.

Mais ne jouons pas les fines bouches, ces seuls bémols n’entravent en rien la qualité générale d’un film qui vaut surtout pour son tandem d’actrices, lesquelles pourraient bien repartir avec une statuette le 28 février prochain lors de la 88e cérémonie des Oscars: Blanchett en tant que meilleure actrice et Mara dans la catégorie meilleure second rôle féminin. Là encore, on ne comprend pas cette différentiation tant les deux comédiennes partagent le même nombre de scènes à l’écran. A se demander si les professionnels du septième art s’avèrent réellement des… professionnels !?

Note: 
Critique: Professeur Grant

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire