Recherche

mercredi 3 février 2016

Steve Jobs


Dans les coulisses, quelques instants avant le lancement de trois produits emblématiques ayant ponctué la carrière de Steve Jobs, du Macintosh en 1984 à l’iMac en 1998, le film nous entraîne dans les rouages de la révolution numérique pour dresser un portrait intime de l’homme de génie qui y a tenu une place centrale.





 
Acte I : un film de scénariste

Steve Jobs, c’est avant tout le film d’un scénariste: Aaron Sorkin. Dès les premières minutes du métrage, on reconnaît d’emblée la griffe toute particulière de l’illustre auteur de «The Social Network» et «Moneyball». Dialogues précisément ciselés, vélocité dans les déclamations, sursauts d’ironie mordante, discours exaltés, humour acéré, tout y est. La force de sa plume est de captiver le spectateur uniquement avec des lignes de dialogues percutantes rythmées tambour battant. Le plus intéressant, tout bien considéré, c’est que dans les conversations imaginées par Sorkin, on y traite souvent de choses en apparence futiles, mais qui cachent en réalité de véritables enjeux dramatiques: le «Hello» de l’ordinateur, les remerciements de Steve Wozniak, l’aide financière d’Andy Hertzfeld à la fille de Jobs… Ces discussions sans intérêt de la vie de tous les jours (la chemise blanche) sont rendues éloquentes grâce à une argumentation précise du protagoniste.

La limite du style sorkinien, c’est que bien souvent ces joutes verbales s’avèrent artificielles. Personne, en réalité, ne parle aussi vite. Personne n’enchaine les idées avec une telle verve. Personne ne tient un tel argumentaire aussi longtemps sans se reprendre ou émettre un temps d’arrêt. La figure du héros de Sorkin, détaché et volubile, accable toujours ses adjuvants et opposants avec sa faconde. Mais cette prolixité n’a rien de naturel et on n’évite pas, par moments, les discours banals et filandreux, critique que l’on émettait déjà au scénariste lors de la première saison de sa série journalistique HBO «The Newsroom».

Par ailleurs, Sorkin parvient à transcender la biographie de Steve Jobs en proposant un «antibiopic». Plutôt qu’une structure «Rise & Fall» du héros, ce dernier brasse des faits réels ou fantasmés et les articule dans une dramaturgie en trois actes. Celui-ci dresse le portrait de l’entrepreneur visionnaire en ne retenant que trois moments-clefs de sa carrière: 1984 et la mise sur orbite du Macintosh, 1988 et la présentation du cube noir NeXT et, enfin, 1998 et le lancement de l’iMac. A chaque fois, le spectateur se retrouve plongé dans les coulisses de méga-conventions, sorte de grands-messes médiatiques, durant lesquelles des collaborateurs et proches de Steve Jobs viennent régler leur compte.


Acte II : un film de metteur en scène

Steve Jobs, c’est aussi le film d’un réalisateur: Danny Boyle. Comment mettre en scène une fiction  aussi verbeuse et sophistiquée ? Metteur en scène de génie (le cultissime «Trainspotting»), le Britannique n’en est pas à son premier tour de force. Il a tout de même réussi à nous rendre malade avec «127 Hours», à nous plonger dans l’apocalypse avec «28 Days Later», à nous dépayser dans «The Beach» et à nous émouvoir pour le destin «bigger than life» d’un «Slumdog Millionaire». Pas effrayé pour un sou avec ce «Steve Jobs», notre homme profite de la gageure conceptuelle imposée par Sorkin pour réinventer le huis clos. Rarement ce genre, «système d’exploitation fermé» s’il en est, n’aura été si dynamique. Soutenu par une réalisation inventive, le récit avance à l’écran de façon fluide et passionnante.

Aux antipodes du biopic classique aux accents hagiographiques, l’Anglais refuse d’idolâtrer son héros et préfère en faire une figure quasiment shakespearienne. Il colle sa caméra à ses basques et met en scène un homme aussi fascinant qu’irritant. Finalement, en tirant le meilleur du script d’Aaron Sorkin, le cinéaste réussit précisément là où la première version avec Ashton Kutcher sortie en 2013 échouait: c’est-à-dire offrir une vraie vision de cinéma, nonobstant sa théâtralité assumée, avec à la fois du génie, de l’envergure, de la puissance, de l’efficacité et de l’originalité. C’est hors-norme et audacieux, et on adore cette prise de risque!


Acte III : un film de comédien(s)


Steve Jobs, c’est finalement le film d’un acteur: Michael Fassbender. Pour camper le cofondateur d’Apple, il fallait un comédien ô combien plus retors qu’un Ashton Kutcher, bien que ce dernier ne soit pas déméritant. Exit Christian Bale, taillé «naturellement» pour le rôle, Sorkin et Boyle ont trouvé la perle rare en la personne de Michael Fassbender lequel, habité par le rôle, ajoute encore une performance à sa carrière déjà bien nourrie. Tour à tour odieux, impérial, magnétique, fiévreux, tyrannique, intense, l’Irlandais fascine à chaque plan. Son Steve Jobs, on l’aime autant qu’on le déteste. Ce qui est finalement le but recherché. Il n’est pas entré dans la course à aux Oscars pour rien. Une compétition dans laquelle s’est jointe Kate Winslet, irréprochable en bras droit du gourou d’Apple. Qu’on se le dise, elle n’a pas volé son Golden Globe de la meilleure comédienne dans un second rôle. Ajoutons encore Michael Stuhlbarg, Seth Rogen, Katherine Waterston ou Jeff Daniels et vous obtenez une distribution aux petits oignons (ou ognons désormais…) qui brille de mille feux. Car si ce film est réussi, c’est aussi et surtout grâce à tous ces comédiens qui jouent à l’unisson une partition où les notes sont autant de joyaux à chérir précieusement. 

Note: 
Critique: Professeur Grant

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire