Recherche

mercredi 6 avril 2016

A Bigger Splash


Un couple célèbre et sophistiqué passe des vacances romantiques dans une villa sur l'île de Pantelleria en Italie. Mais la visite impromptue d'un vieil ami accompagné d'une séduisante jeune fille va venir semer le trouble. Ce qui suit est un tourbillon périlleux de jalousie et de passion.


 
Plan d'ouverture : deux corps nus (le couple à l'écran Swinton/ Schoenaerts) se conjuguant à un paysage gorgé de soleil. Le film annonce la couleur. Molto caldo, comme on dit en Italie.
Après cette mise en garde, il convient de répondre à une question. 'A Bigger Splash' est-il le remake de 'La Piscine' ? Inutile de palabrer, la réponse est oui. L'intrigue est similaire. Les personnages portent les mêmes noms. Outre cette similitude (et la même paire de lunettes de soleil portée si bien par Delon que par Schoenaerts), pouvons-nous comparer la version de 2016 avec la première mouture datant de 1969 ? Oui, mais une telle comparaison n'aurait que peu de sens.
Le réalisateur, peu fan du film minimaliste de Jacques Deray, n'aurait gardé que l'essence même du film. 'A Bigger Splash' ne cherche donc pas à nous faire oublier 'La Piscine'. L'intention du réalisateur est plutôt de revisiter le mythe dans une version contemporaine et haute en couleur. Le film avec le tandem Delon/ Schneider est ici la plage sur laquelle le réalisateur prend soin de construire, tel un château de sable, son drame psychologique. Il va dans ce sens plus loin que le film de Deray.


À qui doit-on cette nouvelle itération ? Il s'agit de Luca Guadagnino, réalisateur italien dont le talent a déjà été salué pour 'Melissa P.' et 'Io sono l'amore'. Ce dernier film faisait déjà la part belle à Tilda Swinton ; la muse du réalisateur. Pour 'A Bigger Splash', celle-ci aurait d'abord décliné le rôle (suite au décès d'un parent) avant de se raviser et de proposer au réalisateur de rendre son personnage (Marianne) aphone. Astucieux artifice pour augmenter les tensions en jouant sur le rapport de son personnage au bruit et en explorant les possibilités du silence. Marianne, ce David Bowie au féminin.

Couverture du magazine Another.
'A Bigger Splash' surprend par ses références. D'abord, puisqu'il lorgne sur le cinéma de Jacques Deray mais ensuite par le choix de son titre. Avant d'être un film, 'A Bigger Splash' est d'abord une peinture de l'anglais David Hockney, ce grand contributeur au mouvement culturel qu'est le Pop Art. En 1973, un documentaire éponyme sera même réalisé.
A Bigger Splash, David Hockney (1967).
Avec ses couleurs acidulées et attirantes - comme chez Hockney – et sa BO pop/ rock qui donne la pêche (The Rolling Stones avec Moon Is Up & Emotional Rescue), le film est une incitation à profiter de la vie. Carpe Diem écrivait déjà Horace. Au sortir de la projection, le spectateur n'a qu'une seule envie: quitter la salle et s'envoler pour l'Italie! L'île de Pantelleria en Sicile, pour être précis. Upgrade moins touristique que le St-Tropez de Deray, il convient.  

Le réalisateur se montre généreux avec la nudité aussi bien féminine que masculine. Il n'est pourtant pas question de simple frivolité ; le réalisateur prenant soin d'apporter des nuances plus sombres à son sujet. 'A Bigger Splash' est en effet une histoire de jalousie, de tentation et de manipulation. Manipulation pour parvenir à ses fins. Tentation (la boisson pour l'un, les plaisirs charnels pour l'autre) à combattre.

Ralph Fiennes tient une de ses meilleures performances à ce jour. Le réalisateur lui a confié un rôle peu habituel dans lequel il excelle. Il y incarne Harry, cette force inconsciente qui agit d'abord et réfléchit après. Dans ses mouvements, Dakota Johnson apparaît comme une sorte de nymphette virginale croisée avec l'audace d'une femme cougar. Matthias Schoenaerts n'en finit pas de nous surprendre par un jeu tout en justesse. Brillante, Tilda Swinton – en grande chanteuse qui perd sa voix – aurait presque des reflets d'argent. Le réalisateur pousse sans conteste l'ensemble des membres du casting au paroxysme de leur jeu. 

Comment expliquer le titre ? Est-ce là une référence à la relation plus profonde qu'entretiennent Marianne et Paul ? Ou bien serait-ce la confrontation avec les immigrés qui nous rappelle que toutes ces querelles et autres badinages d'adultes ne sont au final que peu de choses ? Une goutte d'eau dans l'océan ? De par son titre, 'A Bigger Splash' fait peut-être ironiquement référence à son illustre modèle dont il se moquerait ainsi.

Au final, le film n'est pas seulement eye candy (comprenez « visuellement attractif »)Loin du grand plongeon qu'il aurait pu être – au regard de la comparaison avec l'original – le film parvient à nous éclabousser de sa vitalité et de son dynamisme. Dynamisme que l'on doit grandement au talentueux Monsieur R...alph Fiennes pour son côté endiablé et turbulent au possible. Preuve en est la scène mémorable où l'acteur se déhanche sur Emotional Rescue des Stones. Non-conformiste, bruyant et souvent nu, il est véritablement on fire ! Guadagnino fait ici preuve d'une direction d'acteurs irréprochable, gage certain de qualité.

Note : 
Critique : Goupil

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire