samedi 25 février 2017

Planetarium

Paris, fin des années 30. Kate et Laura Barlow, deux jeunes médiums américaines, finissent leur tournée mondiale. Fasciné par leur don, un célèbre producteur de cinéma, André Korben, les engage pour tourner dans un film follement ambitieux. Prise dans le tourbillon du cinéma, des expérimentations et des sentiments, cette nouvelle famille ne voit pas ce que l'Europe s'apprête à vivre.





« Planetarium » est un film au scénario original, à la réalisation efficace, à la photographie soignée et – dernier élément mais non des moindres – au casting étincelant. 
 
Natalie Portman et Lily-Rose Depp y jouent deux sœurs. Malgré la différence d'âge, nous n'avons pas trop de mal à le croire tant les silhouettes menues des actrices se ressemblent. Et puis, il y a Emmanuel Salinger. Solaire et émouvant, l'acteur – dont le personnage n'est pas sans rappeler celui qui fut le patron de Pathé en 1929 – occupe le centre de l'intrigue autour de laquelle les deux sœurs gravitent.

Si l'attraction autour de ce projet (après vision de la bande-annonce) était forte, elle reste intacte après la vision du film. Il convient de suivre de près la réalisatrice qui signe avec « Planetarium » une histoire touchante. Également enseignante au département de cinéma de l'université Lyon 2, Rebecca Zlotowski réalise somme toute un film assez mystérieux. La cinéaste laisse aux spectateur-trice-s le soin d’interpréter ce canevas où spiritisme, ésotérisme et métapsychologie s'entremêlent. Tous ces concepts ne sont in fine qu'un prétexte pour raconter un récit singulier qui se termine par un rendez-vous avec l'Histoire à mesure que les premières notes de la guerre se font entendre.

Bien qu'il n'y ait pas de planétarium dans « Planetarium », deux étoiles sont pourtant observables : une star accomplie (Portman) et une étoile montante (Depp « junior »). L'aura du film, les performances ainsi que le délicat hommage au cinéma devraient vous convaincre d'aller le voir à condition d'avoir bon esprit !

Note :
Critique : Goupil

Aucun commentaire:

Publier un commentaire