Recherche

jeudi 9 novembre 2017

Thor: Ragnarok


Privé de son puissant marteau, Thor est retenu prisonnier sur une lointaine planète aux confins de l’univers. Pour sauver Asgard, il va devoir lutter contre le temps afin d’empêcher l’impitoyable Hela d’accomplir le Ragnarök – la destruction de son monde et la fin de la civilisation asgardienne. Mais pour y parvenir, il va d’abord devoir mener un combat titanesque de gladiateurs contre celui qui était autrefois son allié au sein des Avengers : l’incroyable Hulk…







Le côté clair de la farce

Changement de ton radical pour les nouvelles aventures de Thor, dix-septième (!) fiction usinée au sein du Marvel Cinematic Universe (MCU, pour les puristes). Surfant sur la vague populaire du second degré décomplexé à la manière des « Guardiens de la Galaxie », la Maison des Idées a validé toutes les fantaisies du réalisateur Taika Waititi, auteur du documentaire décalé « What We Do in the Shadows » sur la vie quotidienne somme toute banale des vampires dans notre société. Résultat, le film verse du côté clair de la farce avec des enjeux scénaristiques très minces et des émotions à figurer aux abonnés absents. D’ailleurs, le métrage n’est traversé par aucune tension dramatique. Ainsi, quand un personnage clef de la mythologie asgardienne disparaît, on se fout pas mal de savoir si on doit rigoler ou pleurer. D’emblée enclenché sur le mode auto-parodique, « Thor : Ragnarok » se démarque complètement des deux premiers opus, au point qu’il ne partage avec eux qu’un même lot de protagonistes. C’est tout...

Fantasmes d’adulescent dégénéré

Pour le reste, Kevin Feige, gourou-producteur de Marvel, semble avoir laissé le champ libre à son poulain pour qu’il puisse assouvir tous ses fantasmes d’adulescent dégénéré : humour potache, clins d’œil amusants aux autres sagas du MCU, caméos dingos de Matt Damon et Sam Neill, esthétique délicieusement kitsch et colorée, bastonnades homériques, dialogues abscons, scènes loufoques, ironie etc. Le Néo-Zélandais s’en donne à cœur joie jusque dans ses délires de mise en scène ; comme lorsqu’il place la caméra sur le Mjöllnir/marteau divin (prononcez… Mjöllnir !) virevoltant de l’Asgardien. Des effets d’épate pas toujours accompagnés de la meilleure manière qui soit. On regrettera notamment des effets spéciaux approximatifs ainsi qu’un montage peu soigné. Biberonné aux comédies, Waititi montre qu’il a décelé en Thor un potentiel humoristique inépuisable, une facette déjà en partie exploitée dans les deux premiers opus. Mais là où Kenneth Branagh et Alan Taylor mettaient timidement le petit orteil dans la piscine de dérision, le Néo-Zélandais, lui, y saute gaiement à pieds joints.

Prétexte à une suite de vannes et de gags éculés

Ainsi, toute l’histoire - malingre, soit dit ne passant - n’est que prétexte à une suite de vannes et de gags éculés. En deux mots, Hela, la sœur du Dieu du tonnerre (Cate Blanchett, class tout en étant démoniaque, peut décidément tout jouer), annihile le Mjöllnir, débarque à Asgard, entend poursuivre le Ragnarök (destruction massive) et envoie le superhéros sur une planète-poubelle où il deviendra un gladiateur. De là, notre Avenger ourdit un plan pour s’échapper et sauver son peuple de sa timbrée de frangine. Le script n’est pas franchement original mais Waititi le triture avec un sens consommé du décalage pour qu’il en devienne drôle. Et le réal’ sait y faire en titillements de zygomatiques. Et cette incursion dans l’humour fonctionne d’autant mieux qu’il est aidé dans cette tâche par un casting qui manie avec doigté l’autodérision : mention spéciale aux deux nouveaux venus de la franchise que sont Jeff Goldblum et Tessa Thompson.

Et le spectateur de bâiller…

Même quand Waititi fait appel à des superhéros de la constellation Marvel, ce n’est que pour les confronter à des séquences décalées. Les scènes avec Docteur Strange et Hulk sont sympathiques. Est-ce qu’elles servent l’histoire pour autant ? Non. Totalement superfétatoires ! D’ailleurs, le métrage souffre de nombreuses longueurs et même de répétitions. In fine, ce troisième volet allonge les deux heures dix, une durée anormalement longue pour une intrigue aussi rachitique. Capricieux, le réalisateur a voulu préserver ses bons mots. Ainsi, ce qu’il gagne en humour, parfois lourdaud, il le perd en rythme. Et le spectateur de bâiller. Comme James Gunn dans le deuxième « Guardians of the Galaxy », Taika Waititi réussit davantage son film dans le registre de la comédie décomplexée que dans le space opera inventif. Plus comique que cosmique donc, « Thor : Ragnarok » est un divertissement léger, vain, éreintant mais aussi égayant qui se consomme sans déplaisir.


Note :
Critique : Professeur Grant

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire