Recherche

jeudi 9 août 2018

Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc



Domrémy, 1425. Jeannette n’est pas encore Jeanne d’Arc, mais à 8 ans elle veut déjà bouter les anglais hors du royaume de France. Inspirée du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc (1910) et de Jeanne d’Arc (1897) de Charles Péguy, la Jeannette de Bruno Dumont revisite les jeunes années d’une future sainte sous forme d’un film musical à la BO électro-pop-rock signée Gautier Serre, alias Igorrr et aux chorégraphies signées Philippe Decouflé.






I. Jeanne d’Arc et Cara Pils

Rien ne va plus chez certains « professionnels du cinéma ». Tout va à vau-l’eau dans le circuit de la distribution belge. Alors que les productions pullulent chaque mercredi sur les écrans géants, alors qu’il manque cruellement de place pour tous les accueillir, certains hurluberlus se sont mis en tête de sortir en pleine période estivale un film périmé tellement clivant et azimuté qu’il ne trouvera jamais son public dans nos salles obscures bruxelloises, déjà partiellement désertées, conjoncture oblige. Le délire en question : « Jeannette : l’enfance de Jeanne d’Arc ». Alors, calmons tout de suite les ardeurs de chacun, que ce soit les férus de blockbusters et autres dingos de la Pucelle d’Orléans. Nous sommes aux antipodes du diptyque de Jacques Rivette avec Sandrine Bonnaire ou du péplum de Luc Besson avec Milla Jovovich. 

On lorgne davantage vers le montage amateur de votre voisin bedonnant et aviné, la soixantaine bien imbibée, lequel a sorti son caméscope pour filmer sa petite fillotte beugler des ritournelles incompréhensibles et autres rengaines harassantes à vous faire saigner les esgourdes. Le tout en dansant bêtement sur une caisse de Cara Pils pour soigner la chorégraphie. Voilà plus ou moins l’ambition affichée sur la grande toile. Vous êtes prêts ? Petit rappel au passage : pour accéder à ce petit plaisir coupable, à ce véritable moment de bonheur privilégié, il vous faudra débourser la modique somme de 8,50 euros. Alors, on se la fait cette sortie ciné ? Pour nous, ça ne vaut pas un fifrelin !

II. En tout bien tout honneur

Non, clairement, l’équipe du film n’a jamais manifesté ne serait-ce qu’une once d’ambition artistique. Alors la volonté commerciale et le retour sur investissement… Vous savez où vous pouvez vous les carrer. En tout bien tout honneur, bien entendu. Bref, si tu es distributeur ou patron d’un cinéma et que tu n’as pas envie de mettre la clef sous la porte, et que par ailleurs l’idée de claquer la bise à un fonctionnaire d’Actiris te rebute, tu ne peux pas décemment sélectionner un tel navet faisandé. Intellectuellement, ce n’est pas possible. D’autant plus que cette fiction, vaguement adaptée des œuvres de Charles Péguy (et encore, avec « vaguement », on a toujours l’impression d’offenser la mémoire du poète orléanais), fut projetée pour la première fois au Festival de Cannes, il y a plus d’un an, accueilli comme il se doit, c’est-à-dire plutôt froidement, hormis l’un ou l’autre inconditionnel de la filmographie de Bruno Dumont. 

Rappelons également que notre « Jeannette : l’enfance blablabla » fut diffusé dans la foulée sur la vénérable chaîne Arte à la fin du mois d’août avant de connaître une funeste sortie en salles tout aussi improbable en septembre. Et on ne peut pas écrire que ce fut la ruée vers l’or. Quant à l’objet tant prisé, le Saint Graal cinématographique qui va à coup sûr éclipser votre coffret collector de la trilogie du « Parrain » de Francis Ford Coppola sur votre étagère, je veux bien sûr évoquer le dévédé de la Jeannette en question, il est sorti deux mois après dans une indifférence quasi totale.

III. Au bûcher !

Alors oui, on peut brièvement dévoiler ce qui ne fonctionne pas dans cette daube. Au niveau du casting par exemple, on est sur une fausse note du début à la fin. Voyez le tableau : des comédiens non professionnels s’époumonent à déclarer, déclamer, brailler des galimatias qu’ils ne comprennent visiblement pas. Dans ce verbiage assommant, la diction de certains quidams laisse à désirer. La production semble avoir fait l’économie d’une nécessité : celle de se dégager un petit budget pour s’octroyer les services d’un logopède. Tant qu’on est dans la médecine et le paramédical, il n’est pas inutile de consulter un bon oto-rhino-laryngologiste après la projection car la bande-son est tout bonnement insoutenable et risque de vous créer de sérieuses lésions internes. Oui, on en est là. La vision de ce nanar est loin d’être de tout repos. Et c’est d’autant plus dramatique que ce métrage se veut en réalité une comédie musicale. 

Très vite, l’incompréhension laisse place au rire… jaune. Car on se rend compte que le metteur en scène se fout de la gueule de tout : de son texte, de sa mise en scène, de ses chorégraphies (le meilleur du pire : headbanging sur du métal…), de ses histrions, de son art. Pis, le cinéaste se moque également du spectateur. Du coup, le sourire quelque peu forcé, qui s’était déjà effacé des visages en subissant cette médiocrité de plein fouet, fait place au désintérêt le plus total. On ne rit pas, on ne s’émeut pas. On souffre. Comme Jeanne d’Arc sur le bûcher. Tout sonne faux et Dumont érige l’impécuniosité de sa production en titre de gloire. C’est pire que de l’amateurisme, c’est du je-m’en-foutisme gratuit à prendre à grande bouchée pendant deux longues et pénibles heures. Original ? Certes. Risible ? Assurément.

Ne cherchez plus, on tient là notre navet de l’année.

Note : 0/5
Critique : Professeur Grant

Post-scriptum

Ne vous méprenez pas, cette critique ne reflète l’avis que d’une seule personne, elle-même persuadée que certains zozos kifferont ce film et plus globalement la filmographie de Bruno Dumont, réalisateur dont on a tout de même adoré son escapade télévisuelle avec l’extraordinaire « P’tit Quinquin ». Il nous tarde d’ailleurs d’apprécier la saison 2 de ce délire burlesque qui débarquera toujours sur Arte en septembre prochain et dont le titre nous fait déjà saliver : « Coincoin et les Z'inhumains ». Par contre, le cinéaste a annoncé qu'il allait s’atteler à... la suite de « Jeannette ». Au secours!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire