samedi 21 mars 2020

10 feel-good movies

Pour lutter contre la morosité ambiante, voici une sélection de dix longs-métrages estampillés « feel-good movies ». Notre choix s’est porté sur les meilleurs films de ces dernières années. À l’heure où les cinéma sont fermés pour une période indéterminée, il serait dommage de passer à côté de cette séance – pour ne pas dire cure – de rattrapage ! Suivez les guides! 
 

#2019
The Peanut Butter Falcon 
Pourquoi le voir ?
Un chouïa de « Little Miss Sunshine » par-ci pour le ton résolument feel-good, un brin du « Huitième jour » par-là pour le discours empreint de tolérance, sans oublier un soupçon de « Mud » pour l’environnement tout droit sorti du genre Americana. Telles sont les références cinématographiques prestigieuses qui nous viennent à l’esprit pour résumer l’esprit de « The Peanut Butter Falcon », nouvelle petite pépite accouchée par le cinéma indépendant d’Uncle Sam.

#2018
Le Grand Bain 
Pourquoi le voir ?
Cette chronique sociale à la « The Full Monty » est la parfaite comédie dramatique qui réussit tant sur le plan de l’humour que sur celui de l’émotion. Lellouche active l’ascenseur émotionnel et livre un récit mûri, constamment sur le fil du rasoir, débarrassé de toutes scories et finement dialogué (...) qui parvient à ne pas s’embourber dans ses nombreuses sous-intrigues. Toutes passionnantes, ces dernières gravitent autour d’une trame principale captivante : nos « hommes dauphins » seront-ils prêts à temps pour participer au tournoi mondial de nage synchronisée masculine ?

#2017
Le sens de la fête 
Pourquoi le voir ?
Alors que le film de mariage est un genre éculé, par ailleurs bien pourri par Hollywood et ses nombreuses niaiseries – sans parler des téléfilms à la mords-moi le nœud sévissant sur Rtl-Tvi les après-midi, les deux cinéastes ont la bonne idée de retourner le concept en changeant le point de vue. Il n’y est dès lors plus question de suivre les multiples péripéties des mariés, témoins, amants ou invités, mais plutôt de mettre le focus sur les coulisses de la cérémonie et l’organisation folle qu’un événement comme celui-là impose. Ceci permet à Toledano et Nakache d’utiliser les codes du film choral pour évoquer la société d’aujourd’hui, toujours avec cette humanité et cette bienveillance chevillées à la caméra.

#2016
Captain Fantastic
Pourquoi le voir ?
Qualifier ‘Captain Fantastic’ de film « intéressant » tiendrait carrément du blasphème. Organique, solaire, radieux, maîtrisé, subtil, ambitieux, volubile, puissant, salvateur, intense, dénonciateur, ironique, émouvant et drôle à la fois, les adjectifs ne manquent pas pour décrire ‘Captain Fantastic’. Des films comme ça, on a autant de chances d'en voir que des perséides sous un ciel couvert d'hiver. 
 
Sing Street 
 
Pourquoi le voir ?
Avec ses vidéoclips ressemblant à des vidéos « home-made », sa musique électrisante, cette ode à la créativité qu'est 'Sing Street' envoie des « feel-good vibes » à tout bout de champ. Cela est certainement en partie dû aux chansons de Duran Duran, The Cure, Hall & Oates, etc. Le tout forme ainsi une compilation réussie, un film coup de cœur dont il serait dommage de se priver.

#2015
Dope
Pourquoi le voir ?
Avec son rythme électrique et son propos audacieux, 'Dope' se montre dynamique à souhait et apporte son lot de fraîcheur. Une belle trouvaille qui jouit de critiques unanimes. Difficile de bouder son plaisir tant l'attachement à cette bande d'antihéros aux sensibilités multiples est inévitable. Substantif caractérisant la came, le mot est aussi utilisé en anglais comme adjectif. Dans ce cas, « dope » veut dire… « très bon » ! Inutile de vous faire un dessin… 
 
Inside Out
Pourquoi le voir ?
Bien plus qu’un divertissement allègre, «Inside Out» est donc un véritable objet pédagogique qui permet d’apprivoiser le cerveau humain tout en s’amusant. Les «chères têtes blondes» en apprendront davantage sur eux-mêmes, sur la façon dont ils gèrent leurs émotions et se comportent face à autrui. L’emploi d’un humour désopilant (gags à profusion, scènes décapantes, dialogues tordants) ainsi que d’une délirante fantaisie empêchant par ailleurs le film de se montrer trop rébarbatif.

#2014
Begin Again 
Pourquoi le voir ?
(…) [I]l serait regrettable de passer à côté de «Begin Again». Une romcom sucrée où, pour une fois, la guimauve a bon goût. Si John Carney assume pleinement le statut de romance sentimentale de son film, le réalisateur à qui l’on doit «Once» en déjoue cependant les codes afin de ne jamais verser dans la mièvrerie aux situations prosaïques.
#2013
The Way Way Back 


Pourquoi le voir ?
Si le coup de l’ado mal dans sa peau qui éprouve quelques difficultés à se situer dans sa famille, ici recomposée, n’est pas un thème neuf en soi, le traitement avec lequel les réalisateurs se sont penchés sur le sujet vaut le détour. Ce teen movie initiatique n’est pas original - voire même anecdotique - mais, au moins, il est sincère. L’humour détruit tout effet doucereux pour ne retenir que l’émotion, la vraie.  
 
Quartet
Pourquoi le voir ?
Pour la première fois, on retrouve Dustin Hoffman derrière la caméra, et il place la barre très haut ! Il prend un pari risqué en plaçant son action dans une maison de retraite, or, les films sur les retraités, ça peut vite tirer en longueur... Mais Mr Hoffman gère ses résidents d’une main de maître ! 

Et vous, quel est votre feel-good movie préféré ?  
 


Professeur Grant, Goupil& Choupette

Aucun commentaire:

Publier un commentaire