Recherche

mardi 28 septembre 2021

Dune

 

Récit épique et d'une rare puissance émotionnelle, DUNE raconte l'histoire de Paul Atreides, jeune homme aussi doué que brillant, voué à connaître un destin hors du commun qui le dépasse totalement. Car s'il veut préserver l'avenir de sa famille et de son peuple, il devra se rendre sur la planète la plus dangereuse de l'univers - la seule à même de fournir la ressource la plus précieuse au monde, capable de décupler la puissance de l'humanité. Tandis que des forces maléfiques se disputent le contrôle de cette planète, seuls ceux qui parviennent à dominer leur peur pourront survivre... 


 

 

Considéré par beaucoup comme un monument (que dis-je, la BIBLE !) de la science-fiction et déjà porté une fois à l’écran par nul autre que David Lynch, "Dune" a été maintes fois reporté pour cause de pandémie. Il a du être une source de stress incommensurable pour le cinéaste en charge de cette nouvelle adaptation de grande ampleur.

Cet homme n'est autre que Denis Villeneuve (« Incendies », « Arrival » pour n’en citer que deux). Afin de mener à bien sa mission, le cinéaste Canadien a fait l’impasse sur les adaptations antérieures du grand écran et de la petite lucarne (la série de John Harrison). Le réalisateur s’est donc efforcé de faire ressurgir sa vision première du matériel source. Il était ado quand il posa les yeux pour la première fois sur le roman de Frank Herbert. 

Premier constat: Denis Villeneuve réussit là où beaucoup se fourvoient. Refusant catégoriquement tout déluge d’effets spéciaux usinés sur fond vert, le quinqua prend son temps, fait des expérimentations d'optiques et ne compte pas ses heures. Il peut se le permettre puisqu'il a obtenu de la Warner une carte blanche. 

Si retranscrire l’aridité du désert n'est pas donné à tout le monde, Villeneuve s'en sort magistralement bien. Sa caméra rend visible la dureté des éléments, laquelle se retrouve aussi sur les visages d’un casting aguerri et jouissant d'une renommée internationale. Timothée Chalamet, Rebecca Ferguson, Oscaar Isaac, Jason Momoa, Stellan Skarsgard, Josh Brolin, Javier Bardem, Dave Bautista, Zendaya, et Charlotte Rampling. Tou-te-s excellent dans leur rôle. L’immersion est totale !

Secondé par Greig Fraser (le directeur de photographie), Villeneuve parvient à façonner une image hybride à mi-chemin entre le numérique et l'argentique. Le résultat - légèrement granuleux - sort du lot. "Dune" réussit également à mettre en exergue la sensualité de la lumière. Ce travail sur l'image est en outre agrémenté de la remarquable musique de Hans Zimmer qui, de par sa qualité narrative, évite les explications inutiles. Less is more. Villeneuve l’a bien compris ! 

En entremêlant quête de liberté et notion de libre arbitre, « Dune » est une vaste réflexion sur le pouvoir, l'esprit et la nature de l'individu qui évite soigneusement de se transformer en ragoût intellectuel. La thématique du film nous renvoie à l’actualité. La planète Arrakis nous fait immanquablement penser à notre Terre où l'exploitation extrême des ressources continue malgré les premiers signes d’effondrement. Rappelons que la première édition du roman de Herbert vit le jour en 1965. 

Sublimé par des ciels mélodramatiques et opératiques qui ne sont pas sans rappeler ceux de « Lawrence of Arabia » ou plus récemment encore ceux de « Mad Max: Fury Road », « Dune » est une véritable lettre d'amour au grand écran, une leçon de cinéma, un legs aux cinéphages du monde entier qui nous rappelle que le septième art est loin d’être bâti sur le sable. Relevant un défi visuel mais surtout narratif (par où commencer l’adaptation d’une saga culte de six romans ?), Denis Villeneuve livre purement et simplement un des meilleurs films SF de la décennie. La suite, c'est pour quand ??! 


Note :

Critique : Goupil


Autre critique, autre point de vue – « Dune » vu par le Professeur Grant :


Faut-il voir Dune ?

Dense. Universel. Nonpareil. Extraordinaire. « Dune », c’est tout ça à la fois. Au sommet de son art, le golden boy d’Hollywood Denis Villeneuve a derechef frappé fort en réussissant le mariage heureux de deux éléments antinomiques, à savoir le cinéma d’auteur et la superproduction maousse costaud.

Autrement et vulgairement dit, un blockbuster d’art et essai ne lésinant pas sur le « wow effect » (effets spéciaux étourdissants, costumes originaux, décors spectaculaires, photographie sublime…) et qui, malgré tout, tient la route dans sa dimension narrative (scénario bien ficelé, psychologie des personnages approfondie, rebondissements savamment dosés, dialogues épurés…).

Le compromis idéal qui parvient à séduire le tout-regardant d’une part, à contenter le cinéphile endurci d’autre part, tout en n’oubliant pas de caresser l’aficionado hardcore de l’œuvre littéraire de Frank Herbert dans le sens du poil. Un vrai tour de force aux antipodes de la version steampunk de David Lynch.

Ainsi, contrairement à son précédent métrage, le chef-d’œuvre « Blade Runner 2049 », suite du film culte de Ridley Scott qui a rebuté une partie du public peu habituée aux œuvres atmosphériques, le Canadien a fourni un gros effort dans le travail du rythme et du montage pour offrir une pellicule divertissante, galvanisante, accessible, voire populaire, sans toutefois renier ses tocades contemplatives.

Si bien que cette nouvelle itération pourrait plaire à une audience regroupant ado et adu-lescents, pour peu que leur culture cinématographique ne se limite pas aux produits formatés Marvel et à la franchise n’importe nawak « Fast & Furious ».

Alors, faut-il voir « Dune » ? Réponse : évidemment !

Faut-il voir Dune au cinéma ?

Autant l’écrire tout de suite, avec un budget confortable de 165 millions de dollars gracieusement alloués par la maison Warner, le réalisateur a eu tout le loisir de mettre en musique sa vision du roman SF comme il l’entendait. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que ce dernier est loin d’être un manche dans l’art de manier la caméra.

Sa filmographie parle pour lui. Que ce soit pour les commandes des majors (Prisoners, Arrival) ou ses œuvres plus intimistes (Incendies, Enemy), Villeneuve fait montre à chaque fois d’une formidable maestria d’artisan capable de s’appuyer sur la grammaire cinématographique qu’il connaît sur le bout des doigts pour traduire en images des idées, des concepts et des émotions. Un véritable regard de cinéaste qui se manifeste par une mise en scène étudiée, affinée, millimétrée.

Une caractéristique que l’on décèle dans « Dune » à un niveau encore plus élevé tant le curseur est placé haut avec ce space opéra dantesque. La magnificence de la réalisation avec certains plans hypnotiques s’avère sidérante et donne une ampleur époustouflante à cette fresque d’anticipation.

Le quinquagénaire filme les différents environnements comme s’il peignait des tableaux, parvient à rendre épiques des scènes d’action avec ce bon goût de ne pas en faire trop (ce qui est devenu bien trop rare de nos jours du côté de La Mecque du cinéma) et laisse suffisamment la place à ses acteurs pour développer leur personnage. A ce propos, la figure messianique du héros est dépeinte avec brio, le Québécois étant bien secondé dans sa tâche par un Timothée Chalamet magnétique.

Et rien n’est laissé au hasard. Car si l’image flatte la rétine, que dire du travail incroyable effectué sur le son. Que ce soit au niveau du sound design ou de la composition musicale signée par le digne stakhanoviste Hans Zimmer qui, décidément, n’en finit plus de se surpasser, l’effort fourni se ressent et se mesure au nombre de poils qui se hérissent sur notre peau lorsque le système audio de la salle obscure s’emballe.

Tout a été pensé pour le cinéma. Tous les moyens ont été utilisés pour faire vivre aux spectateurs une séance inoubliable. Chaque centime se voit à l’écran et c’est pour cela qu’il est tout bonnement impensable de visionner « Dune » sur une télévision ou un ordinateur. Autrement dit, « Dune » est à la fois le meilleur argument et la parfaite publicité pour inviter les spectateurs trop longtemps confinés à retourner fréquenter les salles obscures.

Du coup, faut-il voir Dune au cinéma ? Assurément !

Faut-il voir Dune au cinéma en Imax ?

Qu’on se le dise, c’est à une véritable expérience cinématographique singulière que vous convie Denis Villeneuve. Une épopée grandiose et monumentale conçue d’emblée pour être appréciée sur une très, très (très !) grande toile, façon king size. Suivez mon regard : l’Imax, abréviation de l’anglais Image Maximum. Soit le format idoine, celui qui favorise l’immersion par excellence et met tous vos sens en éveil.

Pour les néophytes, imaginez un gigantesque écran de 532 mètres carrés, c’est-à-dire l’équivalent de deux courts de tennis côte à côte. On ne peut décemment faire mieux. Conscient de la richesse de son matériau de base en termes d’imaginaire, de puissance visuelle et de magnétisme, le metteur en scène a fait le choix d’utiliser des caméras ad hoc pour donner de la grandeur et de l’envergure à plusieurs passages entiers du métrage.

Concrètement, l’Imax et sa qualité d’image offrent aux spectateurs une plongée vertigineuse dans cette quête flamboyante et aventureuse, au plus près de l’action, dans l’univers foisonnant et captivant de « Dune ». Le système de double projecteurs 4K laser sublime les plans ; certaines scènes dans le désert jordanien de Wadi Rum sont d’ailleurs à couper le souffle. Le niveau de détails et la profondeur de champ en mettent plein les mirettes. Impressionnant !

Par ailleurs, dans les cinémas Imax, les spectateurs profitent de « 26% d’image supplémentaires et jusqu’à 40% dans certaines salles », assure-t-on du côté de la prod’. Bref, des conditions optimales pour découvrir le film tel que le cinéaste l’a rêvé.

Vous l’aurez compris, à la question « faut-il voir Dune au cinéma en Imax », la réponse est indubitablement !

Note : 
Critique : Professeur Grant

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire