mardi 11 janvier 2011

Shakespeare in Love


°
  
Attention, coup de gueule! Rien ne va plus. C'est la fin des haricots. Nous avons tous des films que tout le monde a vu et que, malgré tout le bien qu’on ait pu en dire, nous n’avons toujours pas pu les visionner. Le cas de votre humble serviteur: «Shakespeare in love». Ce long-métrage a tout pour lui: Oscar du meilleur film, de la meilleure actrice, du meilleur second rôle féminin, scénario original, musique... Bref, une foison de récompenses qui fait d’emblée de cette fiction une performance cinématographique si ce n’est un film culte voire un chef d’œuvre. Et on se dit qu’il faut le voir au moins une fois dans sa vie, juste pour sa propre culture cinématographique.

La séance de rattrapage vient de se terminer. Le dvd sort du lecteur à l’instant. Verdict (en langage fleuri, s’il vous plait bien): «MAIS QUELLE VASTE BLAGUE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! PUTAIIIIIINNNNNN!!!!!!! Que c'est pourri!!!!! En substance, le film est une romcom légère et con-con, une bluette insignifiante, une farce, une caricature, une sombre "mierda"!!! Oui, ce métrage mérite cette palanquée de points d’exclamation. Les acteurs sont loin d'être extraordinaires. Judi Dench apparaît trois secondes et la kleptomane dérobe – car oui, entendons-nous bien, c’est du vol - un Oscar. Pour le même personnage historique, à savoir Elisabeth 1, Cate Blanchett méritait davantage l'oscar que la Dench en question. Et Gwyneth Paltrow ne faisait clairement pas le poids face à l’actrice australienne dans la catégorie «meilleure actrice». Ce que l'on retient de Paltrow, ce sont ses jolies courbes uniquement! Pas de quoi se pavaner sur le "red carpet" avec un Oscar de pacotille qui perd d'emblée de sa superbe! WTF, l'Académie s'est complètement plantée. 

Rétroactes: en 1999, il y avait La Vita è Bella, The Thin Red Line, Saving Private Ryan et Elisabeth. Bref, que des films 5 étoiles. Répétons-le pour que ce soit bien clair entre nous: 5 «putain» d’étoiles!!! Sorry pour le langage châtié mais, pour notre défense, nous dirons que c'est tout le sel d'une réaction dite "à chaud". Et ces idiots de l’Académie des Oscars ont tout de même choisi Shakespeare in Love. Quelle foutage de gueule! Un véritable hold-up! C'est à ce moment-là qu'on remarque que ce sont bien les frères Weinstein, nababs et magnats et de l'industrie cinématographique, qui font la pluie et le beau temps sur le tout Hollywood. 

In fine, on se dit qu’il est encore heureux que notre ami Steven Spielberg soit reparti avec le trophée du meilleur réalisateur. Et concernant le scénario original, il aurait été plus juste de récompenser l’excellent récit d'Andrew Niccol pour The Truman Show plutôt que cette histoire insipide contée dans Shakspeare in Love. Mais quelle injustice! "Mais quelle infamie!", comme dirait Mitchell, personnage du mockumentary Modern Family.

Résultat: notre soirée dvd est totalement fichue, «nous sommes colère!» Et en tant que citoyen protecteur d’un septième art de qualité, votre scribe préféré vous conjure de brûler tous les dvd et blu-ray de cette daube bling-bling dont le budget aurait été mieux utilisé en luttant contre la famine dans le monde plutôt qu'en produisant un navet intersidéral. Bref, vous l’aurez compris, conseillez ce film à votre pire ennemi!


Un NAVET!


Professeur Grant

Aucun commentaire:

Publier un commentaire