vendredi 15 juillet 2011

The Tree Of Life

Si 'The Tree Of Life' a divisé pas mal de rédactions, il n’aura pas divisé le jury du 64ème Festival de Cannes, le film ayant remporté la Palme d’Or cette année. Le trop discret réalisateur Terrence Malick (‘Le Nouveau Monde’, ‘La Ligne Rouge’) devait à la base venir présenter 'The Tree Of Life' l’année dernière à Cannes. Mais faute de temps, et d’une post-production ayant pris du retard –signe d’un réalisateur perfectionniste ? – le film ne sera présenté qu’un an après sur la croisette. 



Que penser de ce déluge d’images de 2h18 qui nous renvoie à des questions philosophiques ? Tout d’abord, le film de « Terry » se veut différent de ‘2001, L’Odyssée de l’espace’ de Stanley Kubrick. Dans ‘2001..’, le film se penchait sur la genèse, le début de la vie sur terre et sur l’évolution et la naissance de l’Homme, depuis sa naissance jusqu’à ses premiers pas sur la lune. Dans ‘The Tree Of Life’, Malick signe un film dans les années 50’s sur une famille Texane de trois enfants. Brad Pitt y incarne la figure paternelle autoritaire, la mère aimante est quant à elle jouée par Jessica Chastain (bientôt à l’affiche de ‘Wilde Salome’ - réalisé par Al Pacino). 

Mr. O'Brien (Pitt) travaille dans l’aéronautique et conçoit des brevets, son épouse restant à la maison pour éduquer leurs 3 enfants. Lui leurs donne une éducation dure et leurs apprend qu’il ne faut pas être trop bon si l’on veut réussir dans la vie. Elle, plus naïve, leurs apprend à s’aimer les uns les autres et à aimer son prochain. Deux visions opposées en somme, l’une préférant la voie de la nature (le père), l’autre encourageant la voie de la grâce (la mère). 

Le film débute dans le présent et suit Jack - un des 3 fils - (Sean Penn) pendant ce qui s’apparente très vite à une journée de déchirement. Plus tard, on comprend qu’un événement tragique a marqué à jamais sa famille. Le film multiplie les flashbacks mais l’unité de temps est centrée sur une journée de la vie de Jack adulte, devenu architecte (Beaucoup voire trop de plans de Sean Penn furent coupés. Dès lors, la vision d’une version longue – pour la sortie blu-ray ? - pourrait pallier certaines incompréhensions). 

Brad Pitt est sidérant de réalisme et son jeu est tout bonnement parfait. Jessica Chastain excelle à ses côtés, tout comme excellent les trois enfants. 

Avec ‘The Tree Of Life’, Terrence Malick - qui a étudié la philo à Harvard - réalise un film sur la vie, sur la notion du Bien et du Mal, sur la perte d’un être cher. De part quelques scènes de cinéma contemplatif (sur l’univers, la genèse, l’apparition de la vie sur terre), le réalisateur nous rappelle que l’homme est au final peu de chose comparé à l’infiniment grand. Il nous rappelle que Dieu donne et reprend sans raison, et que même si l’on ne se détourne jamais du droit chemin, le Créateur peut à tout moment nous rappeler parmi les siens. Un film qui sort de l’ordinaire par sa mise en scène, mais dont il serait dommage de passer à côté du propos..

Note:
Critique: Goupil

Aucun commentaire:

Publier un commentaire