mardi 1 novembre 2011

The Artist

Hollywood, 1927: George Valentin (Dujardin), la star du cinéma muet, va voir sa vie chamboulée par l'arrivée du cinéma parlant. Sa rencontre avec Peppy Miller (Bejo), une jeune danseuse, ne le laissera pas indifférent. L’acteur, refusant de croire à la révolution en marche, devra faire face au plus grand défi de sa carrière. 



The Artist’ est un véritable ovni dans le cinéma contemporain. Hormis le fait qu’il soit réalisé par un réalisateur français, tourné à Los Angeles et avec des acteurs français et américains, le film se veut original dans son essence : le spectateur est confronté à du muet et du noir& blanc. Mais le film tient-il toutes ses promesses ou n’est-il seulement qu’un exercice de style? La réponse dans quelques instants.  
Michel Hazanavicius – dont le nom tient plus du virelangue – est, à peu d’exceptions près, inconnu au bataillon des réalisateurs. Certes, il est le chef d’orchestre du désormais célèbre ‘OSS 117’, mais beaucoup semblent oublier que la série des OSS 117 remonte aux années 1950’s.

Si le réalisateur est peu connu sur la scène internationale, on ne peut pas en dire autant quant à son casting quatre étoiles. Pour la « french touch », nous sommes en présence de Jean Dujardin (‘Brice De Nice’, les deux ‘OSS 117’, ‘99 Francs’, ‘Lucky Luke’, ‘Le Bruit Des Glaçons’, ‘Les Petits Mouchoirs’, etc) et Bérénice Bejo (‘A Knight’s Tale’, ‘0SS 117: Le Caire - Nid d’Espions’, etc), l’épouse du réalisateur. Sous la bannière étoilée, nous retrouvons John Goodman (‘The Big Lebowski’, ‘Bringing Out The Dead’, ‘Gigantic’, etc), James Cromwell (‘L.A. Confidential’, ‘The Green Mile’, ‘I - Robot’, ‘Space Cowboys’, etc) et Malcolm McDowell (‘Clockwork Orange’, ‘Halloween’, etc). Que dire de leurs prestations si ce n’est qu’on ne pourrait émettre la moindre réserve. Dujardin brille véritablement à l’écran et joue avec un panel d’émotions plus qu’impressionnant (la Palme du Meilleur Acteur à Cannes, c’est lui !). Bejo est pétillante et illumine chacun des plans dans lesquels elle apparaît. Les deux forment un tandem d’une complicité rare. Goodman campe magistralement un producteur véreux ne pensant qu’aux recettes de ces films. Cromwell – plutôt abonné au rôle de crapules – joue ici à contre-emploi et délivre une bouleversante prestation.
D’aucuns trouveront le scénario un peu mince. Mais n’est-ce pas là un moyen de se concentrer sur l’action sans toutefois perdre une miette de l’incroyable restitution de l’époque ? Ce petit défaut s’explique également par la double casquette de Hazanavicius : Il est à la fois réalisateur et scénariste.

Si ‘The Artist’ aurait pu être un projet mort-né (difficulté à convaincre un producteur, difficulté à boucler un budget, etc), on constate que le film témoigne avant tout d’une bonne entente franco-américaine. Les producteurs américains (Bob& Harvey Weinstein) ont d’ailleurs tout fait pour faire entrer ‘The Artist’ dans la compétition aux « Academy Awards » (Les Oscars). ‘The Artist’ comme meilleur film de l’année ? C’est tout ce qu’on peut souhaiter au film de Michel Hazanavicius. Mais la lutte sera rude car le dernier film muet noir& blanc à avoir remporté la course aux Oscars remonte à 1928 (‘Wings’- ‘Les Ailes’).
Michel Hazanavicius a su se montrer très créatif dans ce pari qui était pour le moins audacieux. Le réalisateur s’amuse et joue avec les codes d’un cinéma qui n’a pour lui plus aucun secret. Son talent atteint des sommets quand il inclut des passages sonores servant l’intrigue (on vous laisse la surprise) et pour peut-être se distancier des films muets d’autant. D’ailleurs, il n’est point difficile de voir un parallèle entre l’intrigue principale et le passage à la 3D que le cinéma connaît aujourd’hui.

The Artist’ est bien plus qu’un film hommage sur le cinéma des années 1930’s. Il ne restera peut-être pas très longtemps en tête du box office, mais il subsistera indéniablement dans le cœur des spectateurs qui auront pris la peine d’aller le voir.

Note : 
Critique : Goupil  

Une chorégraphie époustouflante pour cette scène de danse!  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire