jeudi 26 janvier 2012

The Girl With The Dragon Tattoo
































Mikael Blomkvist, brillant journaliste d’investigation, est engagé par un des plus puissants industriels de Suède, Henrik Vanger, pour enquêter sur la disparition de sa nièce, Harriet, survenue quarante ans auparavant. Lisbeth Salander, jeune femme rebelle mais enquêtrice exceptionnelle, est chargée de se renseigner sur Blomkvist. Au cours de cette enquête, tous deux seront bientôt plongés au cœur de secrets et de crimes les plus barbares les uns que les autres.  

INTENSE. DUR. VIOLENT. TENDU. CHOQUANT. Ces quelques adjectifs caractérisent notre impression sur le film à chaud, en sortant de la salle. A froid, d’autres adjectifs émergent par eux-mêmes : MAITRISÉ. PRÉCIS.  ACCROCHEUR. HALLETANT. CAPTIVANT. Qu’en est-il réellement ? Le nouveau David Fincher (‘Seven’, ‘Fight Club’, ‘Benjamin Button’, ‘The Social Network’) s'impose-t-il comme un film provocateur de plus dans la filmo du réalisateur? Ou bien est-ce le fruit d’un travail harassant témoignant une adaptation fidèle ?

The Girl With The Dragon Tattoo’ est une expérience visuelle et sonore unique. Le réalisateur joue avec les sens de l’audience et utilise brillamment certains effets sonores pour retranscrire au mieux ce que les personnages vivent. À certains moments, le réalisateur adopte une vue subjective pour nous mettre dans la peau des deux héros et ainsi nous confronter à de terribles angoisses. David Fincher ne se contente donc pas d’un remake du film Suédois ou d’une adaptation quelconque mais préfère plutôt nous donner sa vision de la première partie de la trilogie de Stieg LARSSEN. Il joue avec les codes du thriller et dévoile toute sa virtuosité, et ce, dès la scène d’introduction.  
Le tournage a eu lieu en partie en Suède (Stockholm, Uppsala, etc) et aux Etats-Unis
Mais parlons du cast. Daniel Craig se glisse littéralement dans la peau de Blomkvist. Il trouve le ton juste et ne surjoue jamais. Il excelle dans ce rôle loin du Mi6. La prestation de Rooney Mara est tout bonnement majestueuse. Prestation qui lui a d’ailleurs valu une nomination à l’Oscar de la meilleure actrice le 24 janvier dernier. Plutôt que de copier le jeu de Noomy Rapace (l’héroïne de la version Suédoise, qui avait alors déclarée ne pas vouloir reprendre son rôle), Mara nous offre sa propre vision du personnage. Tous deux ont d’ailleurs du payer un lourd tribut (Craig a du prendre du poids tandis que Mara a accepté trois piercings). Le duo à l’écran fonctionne à merveilles bien que les personnages soient diamétralement opposés.   
Christopher Plummer est brillant dans le rôle de Henrik Vangar (rôle qui avait à la base été attribué à Max Von Sidow). Robin Wright est très naturelle dans le rôle de la coéditrice du journal ‘Millennium’.    

David Fincher réalise un film de haut-vol, ou l’extrême tension trouve en son égale une réalisation léchée de bout en bout. Fincher démontre sa maîtrise du septième art par des scènes chocs, une brève plongée dans les années 60s, des phases de recherche, ainsi que des cadrages aussi précis que de l’horlogerie suisse. A souligner: l'excellente bande son de Trent Reznor & Atticus Ross.   
"The enemy of my enemy is my friend"

VIOLENCE, MISOGYNIE & FASCISME sont les trois mots clés du film. Violence de certaines scènes dont deux particulièrement choquantes (âmes sensibles s’abstenir). Misogynie envers l’héroïne mais aussi d’autres femmes reliées à l’intrigue principale. Passé trouble de certains membres de la famille Vangar.  

En définitive, cette version de ‘Millennium’ est véritablement un nouveau standard cinématographique tant au niveau de la mise en scène que de la réalisation ultra précise. David Fincher marque le cinéma contemporain au fer rouge et laisse dans la chair du 7ème art un tatouage inaltérable, preuve d’un savoir-faire rarement égalé de nos jours.
Lisbeth Salander (Rooney Mara - la star qui va monter)  
Note : 
Critique : Goupil        


Qui est qui?


Mikael Blomkvist (Daniel Craig)
Lisbeth Salander (Rooney Mara)
Henrik Vangar (Christopher Plummer)
Erika Berger (Robin Wright)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire