dimanche 18 mars 2012

Cloclo

La vie de Claude François, icône populaire au destin hors du commun : de sa jeunesse idyllique à Alexandrie, son départ douloureux avec sa famille vers la France, au succès qu'il trouvera enfin, à force de travail et d'obstination. ‘Cloclo’ est l'histoire d'une des plus grandes vedettes française qui n'a jamais cessé de fasciner, d'un homme passionné aux mille obsessions, d'un artiste visionnaire qui ne cessera de se réinventer au cours de sa carrière, porté par ses fans, et les femmes de sa vie...


‘Claude François’, c’est 63 millions de disques vendus, un répertoire de 450 chansons et un fan club toujours très actif, et cela, 34 ans après sa mort. ‘Cloclo’ - le film, c’est 13 ans d’attente, 400 comédiens castés pour les personnages secondaires du film, 20 millions d’€, 80 costumes et 5 perruques.

Le film de Florent Emilio Siri est-il un biopic raté ou se positionne-t-il, au contraire, dans la lignée de ce que le cinéma français fait de meilleur, après ‘La Môme’ et ‘Gainsbourg (Vie Héroïque)’ ?
Le premier constat, c’est que l’on ne voit pas passer les 2h30 de ce long-métrage. Bien que le film fourmille d’événements, d’anecdotes, de détails, sa force réside en une réalisation dynamique qui ne laissera pas au spectateur le temps de s’ennuyer.
Bien que Florent Emilio Siri vienne tout droit de l’univers du clip vidéo, il a déjà quelques longs métrages à son actif (‘Nid De Guêpes’, ‘L’ennemi Intime’), dont un film américain avec Bruce Willis (‘Hostage’).

Mais pour rendre justice à l’œuvre et à la vie de cet artiste exceptionnel qu’était Claude François, il ne fallait pas qu’une caméra singulière, il fallait aussi un comédien en or. Un comédien capable d’incarner une véritable pile électrique. Pour trouver cette perle rare, le réalisateur a fait appel à un jeune acteur belge né à Bruxelles.    

Jérémie Renier, c’est avant tout 43 films, avec une moyenne de 3 films par an (avec un pic de 5 films en 2004 ; fait assez rare pour être souligné). On l’a vu dans ‘Le Pacte Des Loups’, ‘L’enfant’, ‘Dikkenek’, ‘In Bruges’, ‘Le Silence De Lorna’, ‘Atonement’, ‘L’enfant Au Vélo’. Mais c’est en 2010 avec le rôle de Laurent Pujol dans ‘Potiche’ que la comparaison avec Cloclo devient évidente. Coiffée d’une coupe 1970s, portant un pantalon patte d’eph et une veste un cuir vintage, Renier ressemble à s’y méprendre à Claude François ! Pourtant l’idée de le faire incarner Cloclo remonte à bien plus tôt. En 1999, Antoine de Caunes voyait déjà en lui - alors qu’il était inconnu du grand public - l’interprète idéal pour le roi de la chanson française. Claude François Junior – le fils aîné de Claude François – avait dans un premier temps accepté de produire le projet de Siri avant de se tourner vers le ‘Podium’ de Yann Moix (2004).

Dans le processus de « claudage » (Claude + clonage), Jérémie Renier a travaillé avec plusieurs coachs (voix et chant, batterie, percussions, danse, ainsi qu’un coach pour la psychologique du personnage) et a du suivre un entrainement intense pendant cinq mois. Avant le tournage l’acteur a déclaré faire 1200 abdos tous les matins. Belle prouesse physique pour cet acteur qui, rappelons-le, n’avait auparavant jamais dansé ni chanté.  

Entre les succès de Claude François, il fallait lier les scènes plus tragiques à une musique d’exception. Le réalisateur va pour se faire s’adjoindre les services d’Alexandre Desplat, compositeur qui n’a plus rien à prouver dans son milieu. On retrouve Giovanni Fiore Coltellacci à la photographie – un fidèle de Siri.

Dans les seconds rôles, on découvre un Benoît Magimel absolument méconnaissable en Paul Lederman, celui qui pendant longtemps a été l’imprésario de Claude François. De même, il fallait la grande actrice italienne Monica Scattini pour jouer avec autant de justesse Chouffa, la mère de Claude. Dans ce biopic, on retrouve également quelques grands qui ont un jour croisé la vie de Claude. Il y a d’abord Frank Sinatra (Robert Knepper, le méchant de ‘Prison Break’) et Janet Woollacot (Maud Jurez). Ensuite on découvre France Gall (Joséphine Japy), Johnny Hallyday, Gilbert Becault et même Otis Redding! Il y a fort à parier que Maud Jurez et Joséphine Japy – les deux révélations du film - n’ont pas fini de faire parler d’elles !

Avec ce biopic sur la vie de Claude François, Florent Emilio Siri frappe très fort. Il se hisse sans peine au rang des réalisateurs les plus prometteurs de sa génération. ‘Cloco’ est une réussite à bien des égards. EPATANTE, MIRIFIQUE, MIROBOLANTE, REMARQUABLE, SAISISSANTE : on manque d’adjectifs pour qualifier la prestation de Jérémie Renier ainsi que de certains seconds rôles (Magimel, Scattini, Japy, Jurez et Girardot – la mère des enfants de Claude). Visuellement parlant, le film est surprenant tant il parvient à insuffler une véritable poésie à de nombreuses scènes (la scène du rêve avec son père). Mieux, le film est tellement maîtrisé qu’il arrive à porter le spectateur jusqu’à un état d’exaltation (la scène du concert d’Otis Redding ou Claude François enregistre littéralement les pas de danse des chorégraphes) avant de lui arracher une larme (une larmichette pour les détracteurs) lors du baisser de rideau. La palme aussi pour les décors et costumes qui redonnent véritablement vie aux sixties et seventies. En un mot comme en cent : collector !  

Avant 2012, tout le monde s’accordait à dire qu’il n’y avait qu’un seul Claude François. Après la sortie de ‘Cloclo’, cela n’est plus tout à fait vrai tant Jérémie Renier a su imprégner son jeu des moindres habitudes et gestes de Claude François. A tel point qu’à de nombreuses reprises, on se surprend à demander à la personne d’à côté s’il est question de l’acteur belge ou du chanteur français. En bref : Jérémie Renier est à Claude François ce que Marion Cotillard est à Edith Piaf. On croise les doigts pour que ‘Cloclo’ représente la France à la cérémonie des Oscars l’année prochaine.


Note : 
Critique : Goupil

Aucun commentaire:

Publier un commentaire