mercredi 15 août 2012

The Watch


À Glenview, dans l’Ohio, quatre banlieusards ordinaires décident de former un comité de surveillance de quartier. Même s’il s’agit surtout d’un prétexte pour échapper à leurs mornes existences, nos quatre héros vont tout de même faire une découverte incroyable : leur paisible petite ville a été envahie par des extraterrestres qui se font passer pour d’honnêtes citoyens. Face à la menace, le sort de leur quartier – et du monde – est désormais entre leurs mains…




Comme trop souvent dans ces comédies américaines qui s’annoncent comme transgressives dans l’humour, on se désole de voir que le délire reste très gentil et conforme à ce que le grand public est prêt à voir. Le transgressif annoncé est donc
 loin d’être atteint. Le spectateur n’est pas bousculé, tout au plus est-il titillé. Bref, pour le côté déjanté, on repassera. C’est d’autant plus dommage lorsqu’on s’aperçoit que c’est le duo Seth Rogen/Evan Goldberg qui est à l’écriture. Les deux compères ont tout de même quelques bonnes comédies potaches à leur actif avec entre autre Superbad et Pineapple Express. 
Au bout du compte, The Watch est un agréable divertissement. On sourit souvent, on se surprend à rire plusieurs fois et l’énergie dégagée par le casting conquiert le cinéphile dubitatif. C’est facile, léger, vulgaire et totalement idiot mais avec les chaleurs du mois, ce long-métrage passe plutôt bien. A noter: de très bons effets visuels notamment sur l’aspect des extraterrestres. Suffisamment rare dans ce type de production pour être signalé. A mater en dévédé ou en blouré voire en véodé un soir de «brain: off».

Note: 
Critique : Professeur Grant


Aucun commentaire:

Publier un commentaire