mercredi 22 juillet 2015

Nos futurs





Deux amis d'enfance se retrouvent alors qu'ils se sont perdus de vue depuis le lycée. Si Yann a évolué au fil des années, Thomas, lui, n'a pas changé. Que reste-t-il de leur amitié ? Ensemble, ils partent en quête de leurs souvenirs...







‘Ma vie en l’air’, ‘Le premier jour du reste de ta vie’ et ‘Un heureux événement’ ont en commun deux choses : leur réalisateur (Rémi Bezançon) et leur thème central (la vie, et les gens et événements qui y apportent variations douces et brusques changements). La liste s’allonge désormais, avec ‘Nos futurs’.

Un autre thème s’ajoute à ce long métrage-ci. Nous ne le révélerons cependant pas car, s’il constitue la trame du film, il ne se laisse découvrir véritablement qu’à la fin. Ce thème, très profond, est pourtant traité d’un ton léger : sans pathos, mais sans passer à côté de son importance.


Ainsi, ‘Nos futurs’ marquera par le fond, mais aussi par la forme. On notera d’abord la complicité évidente entre Pierre Rochefort et Pio Marmaï, comme si l’amitié à l’écran était le reflet de la connivence entre les acteurs.

     Ensuite, la narration apporte son lot d’intensité. Le réalisateur nous promène du rêve à la réalité, en passant par un tas de souvenirs et de flash-backs. Le plan sert également fort bien le propos : parfois subjectif, parfois objectif ; comme pour nous faire plonger dans les souvenirs ou nous permettre d’en être témoin.
     Enfin, notons qu’il se passe quelque chose entre l’écran et les spectateurs.trices. Quelque chose de pénétrant, de l’ordre de l’émotion qui chamboule.


On saluera au passage la belle prestation de Mélanie Bernier (Estelle, l’épouse de Yann), et l’intervention puissante de Zabou Breitman (la mère du même Yann).

Malgré tout, une ombre vient voiler ce joli tableau : l’interprétation de Pierre Rochefort est parfois décevante. On sent dans certaines scènes un léger manque de naturel (ou d’habitude ? Il n’a eu que peu de rôles centraux auparavant) causé par un surjeu..
Pio Marmaï, plus expérimenté, ne cesse de nous ravir.

Notons également que Rémi Bezançon s’inspire de sa propre vie pour nous livrer un film qui ne peut laisser indifférent.e.



En conclusion, ‘Nos futurs’ est l’un des films de l’été à voir, à oublier, puis à ressortir pour se rappeler de son intensité.



Note : 
Critique : Choupette (relecture Goupil)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire