Recherche

mardi 27 février 2018

The End of the F***ing World

Un ado psychopathe en herbe et une rebelle en quête d'aventure embarquent pour un road trip d'enfer dans cette série à l'humour noir inspirée d'un roman graphique. 


Venue des confins du catalogue Netflix, la série « The End of the F***ing World » est un véritable tour de force ! Le show teenage oscille avec brio entre comédie noire et rom com.


Niveau sonore, le casting 100 % british fait du bien à nos oreilles d’anglophiles. Il apporte un peu de variété dans un monde télévisuel où l'anglais américain domine très souvent. Entre deux dialogues, la musique indie particulièrement bien choisie nous place tout de suite in the mood.


L’un est analytique et détaché (James, le convainquant Alex Lawther) tandis que l’autre est introspective et rebelle (Alyssa, la talentueuse Jessica Barden). Loin du perfect match attendu, les deux personnages que tout oppose vont se trouver à un moment charnière de leur vie. Une vie dont le quotidien ne semble rien offrir d'autre si ce n’est incompréhension, bêtises en tout genre et frustration. Nous n’irions pas jusqu’à les traiter de Bonnie & Clyde mais nous n’en sommes pas loin (attendons la saison 2 pour le faire) !


Aux personnages complexes s’ajoute un choix de mise en scène plutôt subtil. Jugez plutôt : les changements de vêtements de James accompagnent une transformation de sa personnalité. Ses sentiments évoluent eux aussi. Niveau colorimétrie, on passe du plus sombre au plus coloré.


Moralement déstabilisante, la série perturbe autant qu’elle fascine. Basée sur le roman graphique de Charles Forsman, l'adaptation TV de « TEOTFW » est déjà considérée comme culte par bon nombre d’ados. Rappelons au passage que le roman graphique avait déjà trouvé une première adaptation en 2014 sous forme de court-métrage. 

Drôle, romantique, violente mais pourtant adorable, la série « The End of the F***ing World » est un excellent moyen de TUER le temps. Huit épisodes, vingt minutes par épisode en moyenne.. et vous, quelle est votre excuse ?


Goupil

Aucun commentaire:

Publier un commentaire