Recherche

mardi 5 avril 2022

CODA

 

 

Dans une ville de pêcheurs du Massachusetts. Ruby, dix-sept ans, est l'unique membre de sa famille à ne pas être atteint de surdité - également désignée comme CODA, acronyme de l'anglais pour "child of deaf adults". Sa vie se résume à servir d'interprète pour ses parents et, chaque jour, à aider son père et son frère sur le bateau de pêche familial avant de se rendre à l'école. 

Sept ans après « la Famille Bélier », l’idée originale de la scénariste Victoria Bedos a fait son bonhomme de chemin pour gagner les États-Unis. En janvier de l’année dernière, il remporte le Grand Prix du jury et le Prix du public à Sundance. Du film d’Eric Lartigau, il ne reste maintenant que quelques souvenirs tels qu’un Magritte du meilleur film étranger ainsi qu’un César du meilleur espoir féminin attribué à une certaine Louane. « CODA », le remake américain, parvient-il à éclipser l’original ?

Ne laissons pas planer le doute. Avec la sortie de « CODA », « La Famille Bélier » peut gentiment aller se rhabiller. Il faut dire qu’avec ses gags tournant exclusivement autour de la communauté sourde, son choix controversé dans les rôles principaux (Damiens & Viard ; deux personnes… non-sourdes), ainsi que ses choix musicaux populaires, le film de 2014 n’avait pas fait l’unanimité. Avec « CODA », c’est comme si la copie originale avait été entièrement revue.

D’abord, on retrouve ENFIN de vraies personnes sourdes au casting. Du coup, ni surjeu ni grognement poussif. Ensuite, qui dit surdité dit langue des signes. Pour rappel, un bad buzz entourait la sortie de « la Famille Bélier » puisque la communauté sourde était contrainte de lire les sous-titres au vu des signes incompréhensibles employés dans le film !

Dans « CODA », pas de Louane mais Emilia Jones (Ruby). La jeune actrice, étincelante, a appris la langue des signes pour le rôle. Son partenaire Miles est joué par un habitué des comédies musicales : le talentueux Ferdia Walsh-Peelo qu’on a déjà pu voir dans « Sing Street ». Soulignons la présence du fantastique Eugenio Derbez dans le rôle d’un professeur aussi enthousiaste qu'exigeant. Ruby peut aussi compter sur sa meilleure amie Gertie (la convaincante Amy Forsyth) ainsi que son frère Léo (joué par un Daniel Durant habité). Les parents sont quant à eux joués par Troy Kotsur (Frank) – nouvellement Oscarisé pour son rôle dans le film – et Marlee Matlin (Jackie) qui se bat pour la cause des sourds et malentendants depuis plus de vingt ans déjà ! Chapeau bas!

Enfin, la bande originale de Marius de Vries (« Romeo + Juliet », « Moulin Rouge! ») harmonise cette partition variée (on retrouve notamment Joni Mitchell, Etta James, Marvin Gaye ou encore The Clash).

Bien que « CODA » ne soit sans doute pas le meilleur film de 2021, l’engouement qu’il suscite semble mérité. À côté de mastodontes que sont « Dune », « West Side Story » ou encore « Nightmare Alley », « CODA » nous rappelle l’importance de la famille et de la poursuite de nos rêves. Un film certes plus terre à terre mais aucunement moins important.

Goupil

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire