vendredi 25 avril 2014

Don Jon

★★

Il était une fois une femme et un homme. Deux personnes se rencontrent dans une ville de dix millions d'habitants. Une simple rencontre comme il s'en produit des milliers. Pourtant, il s'agit de deux personnes que tout oppose. Elle aime les comédies romantiques. Lui aime la pornographie. Don Jon, c'est un peu le Don Juan des temps modernes.

On retrouve à l'écran Scarlett Johansson et Joseph Gordon Levitt dans des rôles où on ne les attendait pas. Preuve en est qu'ils sont tous deux à l'acting ce que Carl Lewis est au 100m. Barbara (Johansson) y joue une jeune fille superficielle semblant traverser une phase existentielle où elle essaie de se caser avec un mec réglo. Jon (Gordon Levitt) y joue un déviant sexuel en mal d'amour. Ce ne sera pas une gageure pour ces deux-là. 

Pari réussi sur la forme et la cohérence de l'ensemble pour Joseph Gordon Levitt, qui signe ici son premier long-métrage. Tous les ingrédients sont présents pour en faire un bon film mais pourtant, la sauce ne prend pas tout à fait. La faute à une vision trop manichéenne ? Peut-être est-ce dû à une morale trop évidente (= regarder le porno, c'est LE MAL) ?

La force du film – car oui, il y en a une - c'est de démystifier un sujet encore tabou pour beaucoup. Le traitement n'est certainement pas optimal (plutôt que de montrer des scènes issues de films pornographiques, pourquoi ne pas simplement les suggérer ?) mais la finalité est noble.

Julianne Moore est quant à elle impériale. On retrouve un Tony Danza (star de la série 'Madame est servie') plus macho que jamais. En caméo, Anne Hathaway et Channing Tatum dans un pseudo-film que les personnages vont voir au cinéma.

À voir si on vous offre le film pour votre anniversaire (auquel cas il serait bon de vous interroger sur la signification de ce cadeau).  

Goupil


Aucun commentaire:

Publier un commentaire