Recherche

vendredi 14 juillet 2017

Stranger Things

A Hawkins, en 1983 dans l'Indiana. Lorsque Will Byers disparaît de son domicile, ses amis se lancent dans une recherche semée d’embûches pour le retrouver. Dans leur quête de réponses, les garçons rencontrent une étrange jeune fille au crâne rasé en fuite. Très vite, ils se lieront d'amitié et découvriront petit à petit les détails sur son inquiétante cavale. Elle est peut-être la clé de tous les mystères qui se cachent dans cette petite ville en apparence tranquille..


À l’heure où la plupart des fans de “Stranger Things” ont déjà frénétiquement regardé la deuxième saison, Goupil revient sur les raisons du succès de LA série phare de Netflix. “Stranger Things” est une série les plus captivantes jamais vues. Certes, les bonnes séries courent désormais les rues grâce aux services VOD. Cependant, combien sont exemptes de longueurs ou de choix discutables ? “Stranger Things” ne contient aucune longueur. Quant aux choix discutables, nous en cherchons encore..

Stranger things, les 10 raisons d’un succès :

Vive le vintage !
La représentation graphique réaliste des années 80 et le sens du détail nous aident à remonter le temps ! Tout y passe : talkies-walkies, vêtements ringards, coupes de cheveux rétro et autres voitures qui arboreraient aujourd’hui une plaque O. Nostalgie assurée pour les plus de trente ans !  

Des personnages attachants.
C’est certainement la raison qui nous pousse à regarder toute la série. Nous avons l’impression de faire partie de cette bande de jeunes. Le scénario finement écrit nous pousse quant à lui à vouloir faire la lumière sur la disparition du jeune Will.

Les hommages rendus.  
Ils sont légion : Steven Spielberg (“The Goonies”, plein de références à “E.T.”, “Close Encounters of the Third Kind”, “Jaws”, “Minority Report”, etc.), Stephen King (“Carrie”, “Firestarter”), et tant d'autres réalisateurs (“Aliens”, “Blowup”, “The Empire Strikes Back”, “Under the Skin”, etc). La série rend hommage tout en prenant soin de ne pas tomber dans les clichés liés au genre. Cela a pour conséquence d’éviter toute prévisibilité. En bonus, pas mal d’easter eggs - ces clins d’œil et autres références cachées - sont à dénombrer et méritent une deuxième vision pour ne rien louper.  

Un suspense (presque) insoutenable.
Mettez des maniques (voire des gantelets de cordonnier) si vous comptez “prêter” l’une de vos mains à votre cop(a)in-e le temps de quelques soirées..

Une bande originale inspirée.
La composition ne ressemble à aucune autre et nous aide à passer de l’autre côté du miroir, soit dans “l’Upside Down”. Cette remarquable BO est signée Kyle Dixon et Michael Stein, membres du groupe américain “Survive”.

Le tandem Winona Ryder & David Harbour.
Winona Ryder, cette grande actrice talentueuse qui revient de loin, montre qu’elle n’a rien perdu de sa superbe. David Harbour (le prochain "Hellboy") est impeccable dans le rôle du shérif local qui, de prime abord seulement, n’a pas l’air très dégourdi.

Un savant mélange de genres.
La science-fiction et l’horreur passent ici devant l’autel. Le tout est ponctué d’un humour bienvenu qui aidera le spectateur à décompresser entre deux moments particulièrement angoissants. La série oscille brillamment entre ces genres et c’est un pur régal ! 

À un c’est bien, à deux c’est mieux.
Les "Duffer Brothers" (Matt & Ross), réalisateurs de “Hidden” sont les deux génies derrière cette série qui - sans nul doute - traversera le temps. Les frères sont des dieux de la mise en scène et parviendront sans mal à vous tenir en haleine jusqu'au générique de fin.

Le jeune casting.
Si ces jeunes ados semblent réels, c’est parce que leurs rôles furent retravaillés et ajustés afin qu’ils leur correspondent au mieux. La bande de jeunes ados s’en sort à merveille. Cela présage du bon pour plus tard. En atteste la présence de Finn Wolfhard à l’affiche de “It” cette année. 

10° Seulement huit épisodes !
Vous n’avez pas encore vu la saison 1 ? Qu’attendez-vous ?
La saison 2 est déjà en ligne et ne comporte que neuf épisodes !

Goupil

Aucun commentaire:

Publier un commentaire