Recherche

mardi 1 mai 2018

I Feel Pretty


Renee (Amy Schumer), une jeune femme complexée, se réveille d'une chute en croyant qu'elle est la femme la plus belle et la plus compétente de la planète. Sa nouvelle confiance lui permet de vivre sans peur, mais que se passe-t-il quand elle réalise que son apparence n'a jamais changé?





Intro : « Moi, belle et jolie »

Le culte de la beauté et de la minceur atteignait déjà son paroxysme à travers la publicité ces trente dernières années. Mais avec la toute-puissance d’Internet, des réseaux sociaux et des applications de rencontres en ligne, le phénomène (couplé à celui de l’egotrip) n’a fait que prendre de l’ampleur. Au point que certain(e)s, mal dans leur peau, le vivent très mal au quotidien. C’est le cas de Renee, héroïne complexée de la comédie « I Feel Pretty » à découvrir dès le 2 mai dans les salles obscures. Le célibat lui colle aux baskets, son environnement de travail est pourri, personne ne la remarque et son corps ne lui convient pas. Elle décide donc de se prendre en charge et se met au spinning, entendez du vélo de chambre intensif pratiqué en groupe avec un coach. Du cardio-training pour devenir une bombasse, telle est sa quête. Seulement, péchant par trop d’enthousiasme, la jeune femme se heurte violemment le ciboulot et perd connaissance. A son réveil, plus de peur que de mal. Mieux, celle-ci se voit tout d’un coup comme la plus belle meuf du monde. Au moins aussi hot que la top biche Emily Ratajkowski qui a un petit rôle dans le film. Une situation qui lui donne des ailes et lui ouvre toutes les portes, tant au niveau relationnel que professionnel. Nouveau job, nouvel entourage, nouvelle vie ! Seulement, son corps, lui, n’a pas bougé d’un iota. Qu’adviendra-t-il lorsqu’elle comprendra que ses yeux la trompent ?

L’amour extra-large

A mi-chemin entre « Shallow Hal » (L’amour extra-large), pour le propos, et « Bridesmaids » (Mes meilleures amies), pour le ton, « I Feel Pretty » s’affiche comme une romcom de saison, légère et ensoleillée, soufflant un vent de fraîcheur potache sur le cinéma indépendant américain. Digne héritière des frères Farrelly et des productions Apatow, Amy Schumer est incontestablement l’atout numéro un de ce long-métrage. Le spectateur a droit à un véritable one-woman-show qui prouve son indéniable talent pour la comédie. On se remémore avec bonheur son rôle dans l’excellent « Trainwreck » (malheureusement inédit dans nos salles). Il faut la voir se la péter, concourir à « miss t-shirt mouillé » en toute spontanéité, draguer à tout-va en maniant l’audace comme personne. L’assurance inébranlable de Renee lui permet de changer de vie alors que son corps n’a pas bougé d’un poil. Et c’est là l’autre atout de ce film : son scénario malin et son message universel et bienveillant sur l’estime de soi. Abby Kohn et Marc Silverstein prolongent ce matériau écrit par une bonne idée de mise en scène : on ne voit jamais la femme au physique parfait que Renee croit être devenue après sa commotion cérébrale salutaire. Ainsi, le tandem de réalisateurs parvient à nous la faire voir plus belle et rayonnante lorsqu’elle se croit fine et sans imperfection. La beauté se manifestant uniquement par son regain de confiance.

Outro : humour léger et final prudhommesque

Si l’humour léger fonctionne à plein régime grâce à l’abattage d’Amy Schumer et aux talents combinés des autres comédiens (on retrouve notamment une étonnante Michelle Williams à contre-emploi), on regrette le manque de subtilité insufflé dans un récit relativement convenu qui caresse le spectateur dans le sens du poil sans creuser son sujet. Si l’on fait fi du final neuneu et prudhommesque, « I Feel Pretty » s’affiche in fine comme une honnête comédie qui atteint son but : titiller gentiment nos zygomatiques sans nous brusquer.

Note : 

Critique : Professeur Grant

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire