lundi 21 mai 2018

The Good Place 1 & 2

Après avoir trouvé la mort, Eleanor se réveille au paradis. Lorsque Michael, l'Architecte des lieux, lui apprend qu'elle est au "Bon endroit" compte tenu ses bonnes actions, elle réalise qu'elle a été confondue avec quelqu'un d'autre. L'arrivée d'Eleanor pourrait bien mettre en péril l'équilibre de ce monde où personne ne jure ou ne boit de l'alcool à outrance. La jeune femme va devoir travailler sur elle-même afin de devenir une meilleure personne si elle souhaite conserver sa place dans l'au-delà.


Il y a trois types de séries. Celles dont on ne veut plus entendre parler après un épisode, celles qui continuent à nous émerveiller huit ans après leur diffusion, et enfin, celles qui bouleversent quelque peu le paysage télévisuel. « The Good Place » fait partie de cette dernière catégorie.

Partant d’une histoire éculée (une mauvaise personne doit se racheter une bonne conduite), « The Good Place » est une comédie excentrique qui n’a aucun mal à remplir son rôle de divertissement. Fun, audacieuse, futée et colorée, la série s’apparente à une friandise télévisuelle sur laquelle il serait dommage de faire l’impasse.

Fort d’un twist que l’audience ne voit pas venir, la série aborde la critique d’un idéal de vie. Par le biais d’un personnage porté sur la philosophie, la série adresse des questions morales plutôt poussées. Aristotélisme, utilitarisme, existentialisme, etc. C’est qu’elle parviendrait presque à préparer les étudiants à passer le BAC philo !

Si les premiers épisodes sont sympathiques, il faut attendre la moitié de la première saison pour comprendre l’engouement autour de cette série paradisiaque. La saison deux affiche encore un score de 100 % sur Rotten Tomatoes (côté critiques), et ce, huit mois après sa diffusion ! Du jamais vu ! 

https://www.rottentomatoes.com/tv/good_place/s02
Kriten Bell, William Jackson Harper, Jameela Jamil, Manny Jacinto forment le quatuor principal. Ted Danson (« 3 Men and a Baby », prochainement à l’affiche de « Hearts Beat Loud ») n’a jamais été aussi drôle. Quant à Adam Scott (« Step Brothers », « The Secret Life of Walter Mitty », « Friends with Kids »), il joue ici le trublion de service. Notons aussi la solide interprétation de la talentueuse D’Arcy Carden.

Là où la saison 1 manquait probablement de rythme en première partie, la saison 2 tend vers la perfection. Elle répond aux questions laissées en suspens et va plus loin en termes de sollicitation des muscles zygomatiques. Beaucoup plus loin.

L'enfer, c'est les autres écrivait Jean-Paul Sartre. Notre enfer, c’est de devoir attendre septembre 2018 avant de découvrir la saison 3.

Goupil

Aucun commentaire:

Publier un commentaire