vendredi 3 juin 2011

My Blueberry Nights

★★★★

How do you say goodbye to someone you can’t imagine living without?... I didn’t say goodbye... I didn’t say anything. I just walked away.”

On rencontre Elizabeth (Norah Jones) au milieu d’une rupture amoureuse. Elle décide de laisser derrière elle ex-petit ami, souvenirs douloureux et un nouvel ami - patron de bar qu’on retrouve sous les traits de Jude Law - pour partir sur les routes des Etats-Unis. Diverses rencontres lui permettent de se (re)découvrir et, à travers un flic alcoolique accoudé au comptoir ou une accro au poker, de poursuivre à nouveau ses rêves.

Dear Jeremy
In the last few days, I've been learning how to not trust people and I'm glad I failed. Sometimes we depend on other people as a mirror to define us and tell us who we are and each reflection makes me like myself a little more.”

My Blueberry Nights a fait l’ouvertre du festival de Cannes en 2007 et était sur nos écrans la même année. C’est le premier long métrage anglophone de Wong Kar-Wai, et l’on voit se succéder à l’écran non seulement Norah Jones et Jude Law, mais aussi Natalie Portman, Cat Power ou encore David Strathairn en excellent flic alcoolique.
Ce road-movie a quelque chose de sensuel, quelque chose d’autre qui nous fait nous sentir bien, et qui nous donne aussi envie d’aller au fond de nous-même. Les plans sont filmés avec brio, les effets de ralenti sont envoûtants, et la bande originale, enivrante. On notera les émotions toujours plus justes des acteurs. C’est le film qu’on voit et re-voit sans se lasser.

Bref, c’est le film à regarder par tous les temps, et surtout, celui qui nous donnera envie de manger un morceau de tarte à la myrtille avec de la glace à la vanille. 

Choupette


Aucun commentaire:

Publier un commentaire