mercredi 17 avril 2013

The Host




La Terre est envahie. L’humanité est en danger. Nos corps restent les mêmes, mais nos esprits sont contrôlés. Melanie Stryder vient d’être capturée. Elle refuse cependant de laisser place à l’être qui tente de la posséder. Quelque part, caché dans le désert, se trouve un homme qu’elle ne peut pas oublier. L’amour pourra-t-il la sauver ?





Rien qu'en voyant sur l'affiche que c'était tiré d'un roman de Stephenie Meyer (l'auteure de la saga Twilight, pour ceux qui auraient oublié), on aurait dû se méfier. Parce que, soyons franche, pour moi, ce film était une daube. Dans la filmo d'Andrew Niccol (à qui l'on doit Bienvenue à Gattaca, l'excellent Truman Show ou Le Terminal), c'est un terrible faux-pas. Il devait, à mon avis, s'ennuyer et il s'est dit qu'il allait faire un truc de ses journées. Il s'est juste trompé de projet (et c'est fort regrettable pour nos yeux).

Communication de service :
la suite de cette critique est pleine de spoiler.

Bon, plusieurs critiques positives sur le net et dans la presse, pourquoi pas (on ne peut pas tous être d'accord). Les aliens qui envahissent la terre et qui se glissent dans le corps des humains, passe encore. Un esprit humain rebelle (celui de Melanie Stryder, notre "héroïne") qui résiste à l'envahisseur, là, on se dit que ça pourrait être pas mal. Mais en fait non ! Ce film ne décolle jamais, et c'est dommage, car pourtant il y a quand même quelques jolis plans, et j'irais même jusque dire quelques plans vraiment bien filmés (seul point positif du film). Mais il n'y a pas de matière ! 
          Le script peut se résumer en 4 phrases (alors qu'il est tiré d'un "roman" de plusieurs centaines de pages). (Je répète au cas où ça vous aurait échappé : spoiler alert.)  
[1] La terre se fait envahir par les aliens. 
[2] Quelques humains résistent, dont Melanie qui est amoureuse de Jared. 
[3] Elle se fait capturer, on lui insère une Âme dans le crâne (Vagabonde) qui, elle, tombera amoureuse de Ian (un autre humain, parce que Mel résiste à Vagabonde et la mène vers son petit frère et Jared au lieu de la laisser tranquille avec ses copains aliens). 
[4] Happy End : on sauve Vagabonde en l'extrayant du corps de Mel et en la mettant dans un autre corps (la fille allait de toute façon mourir, donc on l'a sauvée, au final), et tout le monde peut vivre une belle histoire d'amour dans son coin. 
(Oui, mais si Vagabonde, au lieu d'avoir eu le corps d'une bonnasse de 19 ans, avait hérité de celui d'une mamy de 97 ans toute frippée, est-ce que Ian aurait toujours été aussi amoureux d'elle ??) 
           Et le pire, c'est que ça dure deux longues heures !
         Le plus ridicule, dans tout ça, c'est la schizophrénie de Melanie-Vagabonde. Mel est sensée avoir 20 ans, mais les commentaires (en voix off,  puisqu'elle parle dans sa tête / la tête de Vagabonde) qu'elle fournit à son envahisseuse sont à pleurer de rire (on croirait une gamine de 12 ans). Ou à pleurer tout court. En bref, c'est du type "mais les Âmes sont sensées faire le bien, pourquoi avez-vous envahi la Terre pour détruire les humains ?" (attention, on verse une larme) ou autres "non, n'embrasse pas Ian, c'est mon corps et il me rebute, ce type !" (on la comprend, il joue très mal).
          Et puis quand on croit que tout est fini, nous filer une petite frayeur en nous faisant croire à un retournement de situation de dernière minute ? Ah non merci, hein ! On avait déjà assez souffert comme ça.

Une phrase pour terminer : ce n'est même pas un film à regarder quand on a deux heures à perdre un dimanche pluvieux.

Note : O (j'ajouterai encore : beurk !)
Critique : Choupette

1 commentaire: