mardi 15 avril 2014

August: Osage County


En famille, on se soutient. En famille, on se déchire... Suite à la disparition de leur père, les trois filles Weston se retrouvent après plusieurs années de séparation, dans leur maison familiale. C’est là qu’elles sont à nouveau réunies avec la mère paranoïaque et lunatique qui les a élevées. A cette occasion, des secrets et des rancœurs trop longtemps gardés vont brusquement refaire surface…





 
Durant deux heures, le spectateur reçoit une leçon d’acting par grand écran interposé. Les professeurs en question: la performeuse Meryl Streep et la trop rarissime Julia Roberts, laquelle n’a plus montré sa fraise depuis le très kitsch «Mirror, Mirror» en 2012. Pendant 120 minutes, les deux actrices se crêpent le chignon dans une chronique familiale sur fond de deuil où trois sœurs retrouvent leur mère paranoïaque après des années de séparation. La confrontation entre cette mater familias détestable, lunatique, versatile et son aînée au bout du rouleau à l’aube de son divorce est tout simplement «hénaurme».

Dans ce portrait de famille d’une extrême violence où l’ignominie se mêle à la haine, c’est l’entièreté du casting qui tire son épingle du jeu. Servis par des dialogues fins et acrimonieux, Ewan McGregor, Chris Cooper, Benedict Cumberbatch, Sam Shepard, Juliette Lewis, Julianne Nicholson, Abigail Breslin, Dermot Mulroney et Margo Martindale sont tous parfaits. Il fallait bien une distribution de choix pour donner vie à des personnages parfois difficiles, prisonniers de leurs turpitudes.

Dans ce récit tragique aux accents misanthropes adapté de la pièce de théâtre de Tracy Letts, John Wells, à qui l’on doit l’intéressant «The Company Men» ainsi que l'excellente série «Shameless», ne succombe fort heureusement pas à la mièvrerie et refuse catégoriquement le compromis ainsi que le happy-end insipide et bateau. Dommage cependant que le scénario brasse tant de tourments quitte à en devenir artificiel: cancer, addiction, inceste, adultère, détournement de mineur… C’est beaucoup pour une seule famille qui se voit conférer toute la misère du monde!

Soyez prévenu, «August: Osage County» est un feel-bad movie.

Note:
Critique: Professeur Grant

Aucun commentaire:

Publier un commentaire