dimanche 17 septembre 2017

Naked


Rob est fou amoureux et sur le point de se marier. Malheureusement il est aussi tout nu, coincé dans un ascenseur et pris dans une boucle temporelle.

Prenez un grand classique (“Groundhog Day” avec Bill Murray et Andie MacDowell), retirez tout semblant de trame scénaristique, enlevez la magie de la rencontre, forcez le côté répétitif à souhait et vous obtenez “Naked”. On continue ?

Dans cette version dévêtue de “Groundhog Day” (c’est pourtant ici le seul enjeu), Marlon Wayans s’époumone à vouloir faire croire qu’il tient là une bonne idée. Le réalisateur Michael Tiddes s'évertue quant à lui à pasticher un énième film (après “A Haunted House” et “Fifty Shades of Black”). “Naked” a la même visée que ses précédents projets : rapporter un maximum de pognon en avançant une rikiki mise de départ.

Reste un Marlon Wayans à la dérive depuis “Scary Movie” sorti en 2000. C’est dommage de voir que l’acteur New Yorkais n’ait pas réussi sa reconversion et soit par conséquent toujours resté dans le même registre et surtout les mêmes délires. À part un caméo réussi du musicien Brian McKnight, il n’y a pas grand chose à sauver.



Goupil


N.B.: Mesdames : sachez que le cinéma américain se veut encore prude.. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire