mardi 6 février 2018

Le Retour du Héros


1809 en France. Le capitaine Neuville, grand séducteur, vient demander sa main à la jeune Pauline, sous le regard méfiant d’Elisabeth, la sœur de cette dernière. Mais Neuville est appelé au front et Pauline reste sans nouvelles. Alors qu’elle dépérit peu à peu, Elisabeth prend la plume et commence une correspondance avec Pauline, sous le nom de Neuville, faisant de lui un véritable héros de guerre. Mais le capitaine finit par réapparaître, au grand dam de la jeune femme…





I. Après les Tuches et avant les Ch’tis

En mal de comédie populaire franchouillarde ? Rassurez-vous, cette période voit débarquer dans les salles obscures une kyrielle de grosses pointures made in France. Après « Les Tuches 3 » et avant la nouvelle beauferie signée Dany Boon, « La Ch’tite Famille » attendue (ou pas) pour le 28 février, c’est au tour du tandem Laurent Tirard / Jean Dujardin de réaliser son come-back. Deux ans après « Un homme à la hauteur », le réalisateur du « Petit Nicolas » et l’acteur chouchou du cinéma hexagonal se retrouvent sur « Le Retour du Héros », film d’aventure en costumes.

II. Mensonges et trahisons, et plus si affinités…

En haut de l’affiche, deux valeurs sûres assurent le spectacle : Mélanie Laurent et Jean Dujardin, donc. Elle, c’est Elisabeth. Droite, sérieuse et honnête. Lui, le capitaine Neuville. Lâche, fourbe et sans scrupules. Elle le déteste. Il la méprise. Mais en faisant de lui un héros d’opérette, cette fille de haute bourgeoisie est devenue, malgré elle, responsable d’une imposture qui va très vite la dépasser. Mensonges et trahisons, et plus si affinités, à l’image du titre du premier long-métrage du metteur en scène.

III. Je t’aime… moi non plus

Mais aussi séduction, escroquerie et manipulation dans une guerre des sexes sans pitié. Mais avant cela, il vous faudra vous accrocher sérieusement pour ne pas piquer du nez. Le scénario éprouvant les plus grandes difficultés à présenter ses personnages et à installer les enjeux. Rarement une entrée en matière fut aussi atone, mollassonne et harassante à subir. Mais une fois le pénible premier acte passé, le vaudeville rocambolesque peut (enfin) démarrer et le duo « je t’aime… moi non plus » de s’en donner à cœur joie, entre coups bas, joutes verbales et morceaux de bravoure.

IV. Une partition taillée sur mesure

Cette paire burlesque fait des merveilles sur une partition taillée sur mesure pour les deux comédiens. On lui reconnaîtra d’ailleurs une savoureuse faconde comique, le récit réservant exclusivement à ses deux protagonistes des trésors de dialogues finement aiguisés. Malheureusement, Laurent Tirard et son co-scénariste Grégoire Vigneron  ne semblent intéressés que par les deux personnages principaux. Ainsi, les seconds rôles passent tous à la trappe, un crève-cœur quand on connaît le talent d’un Christian Bujeau par exemple.

V. Une mise en scène d’une platitude confondante

Quant à la mise en scène, on a déjà connu le cinéaste nettement plus inspiré. Une réalisation d’une platitude anesthésiante. Il n’y a aucune recherche artistique, tout au plus des plans éculés jusqu’à la moelle. Ceci amplifie d’autant plus la théâtralité de cette comédie de boulevard, certes véloce, mais manquant cruellement d’ambitions esthétiques. Le montage n’est pas toujours heureux tandis que les scènes extérieures paraissent quelque peu cheap. Obnubilé par son duo de comédiens, le réalisateur en oublie in fine de produire du cinéma, estampillant son métrage pour une parfaite soirée dominicale sur TF1, rien de plus malheureusement.

Note :
Critique : Professeur Grant

Aucun commentaire:

Publier un commentaire