lundi 23 avril 2018

Blue




Blue, le nouveau film Disneynature, est une plongée au cœur de l’Océan pour découvrir, comprendre, aimer un monde encore mystérieux et surprenant. Un monde où la nature invente des couleurs, des formes et des sons merveilleux.

L'Océan est unique, seuls les hommes le mettent au pluriel. Il est partout, recouvre  plus de 70% de la Terre et donne à notre maison sa couleur et son nom: la planète bleue.
Dans cet environnement somptueux et fragile, les dauphins seront nos  guides pour partager cette grande histoire de l'Océan qui est celle de nos origines et notre avenir. Une histoire universelle qui résonne en chacun de nous.








« Blue » est un ravissement pour les yeux! Avec ce documentaire, la division Nature de Disney offre aux petits et grands spectateurs l’occasion de vivre intensément une expérience incroyable: celle de plonger dans les abysses à la rencontre d’une faune maritime spectaculaire. Ces derniers suivront les aventures extraordinaires de dauphins, baleines à bosse, requins-tigres, orques etc. L’occasion aussi pour le studio de Mickey d’éveiller les consciences sur la richesse et la sauvegarde de cette diversité végétale et animale aussi bigarrée que fascinante. Avec ses images inédites, colorées et même magiques (on pense notamment au camouflage de la seiche à larges tentacules ou aux péripéties de la squille multicolore), « Blue » vaut le détour dans les salles obscures.

Cela émis, on regrette le peu de soin apporté aux commentaires énoncés par Cécile De France. Entre approximations maladroites et erreurs monumentales (non, la baleine à bosse n’est pas le plus grand mammifère… il est de notoriété publique que le titre revient au rorqual bleu !), entre lieux communs d’une naïveté confondante et envolées lyriques hasardeuses, les explications (très peu) scientifiques de la Namuroise nous hérissent le poil au plus haut point. Reste que sa voix suave et mélodieuse parvient à capter notre attention pour délivrer un message pertinent sur l’état de notre planète et sur sa nécessaire préservation tout en nous berçant dans la plénitude de cette immensité bleue.

Par ailleurs, il faut saluer le travail de composition de Steven Price (Gravity) qui livre ici une partition idoine pour accompagner le spectateur dans cette dimension aussi fascinante qu’hallucinante. Toujours sur le plan sonore, tout ce qui relève du sound design est réalisé intelligemment afin de favoriser l’immersion et d’inviter le public à s’abîmer dans la contemplation. Vous aurez réellement l’impression de nager parmi les poissons au-dessus des coraux. Evidemment, « Blue » ne tient pas la comparaison avec l’illustre programme « Planète Bleue » des génies de la BBC que ce soit en termes de réalisation, de scénarisation ou de montage. Toutefois, il faut soutenir le label DisneyNature (qui fête ses dix années d’existence) dans sa volonté d’apporter sa pierre à l’édifice : célébrer la nature sauvage et sensibiliser les plus jeunes aux joyaux qu’elle cache.

Jetez-vous à l’eau !

Note : 

Critique : Professeur Grant

Aucun commentaire:

Publier un commentaire