Recherche

lundi 3 septembre 2018

Jason Clarke en 5 films

L’an dernier, nous vous parlions d’un certain Jason Isaacs. Aujourd’hui, on s’intéresse à son partenaire à l’écran dans la série « Brotherhood ».
Jason Clarke a reçu un Talent Award le weekend dernier au 44e festival du cinéma américain de Deauville. Il est donc tout naturel de se pencher sur la carrière versatile de cet acteur australien. 


1m85, des yeux bleus et un accent américain impeccable. Jason Clarke n’est pas votre « brute de service » ordinaire. En atteste sa filmographie épaisse (déjà 67 participations à des films et séries) et variée.

Un temps étudiant dans les auditoires de la fac de droit, Jason Clarke passait le plus clair de son temps devant sa télévision. Il s’est dit que finalement, c’était un exercice bien plus agréable. Les débuts étaient difficiles et Jason doit une fière chandelle aux sœurs Olsen qui lui confièrent un rôle de tête à claques dans le film « Our Lips are Sealed » (2000). Film médiocre mais qui lui permit au moins de régler ses factures.

L’acteur s’est ensuite distingué dans bon nombre de seconds rôles (« Public Enemies », « Lawless », « The Great Gatsby »). Des films plus sérieux (« Mudbound ») aux blockbusters (« Dawn of the Planet of the Apes », « Terminator Genisys », « White House Down »), l’acteur fait gracieusement le grand écart entre les genres. Beaucoup de ses rôles se penchent sur la noirceur de l’être humain qui reste pour lui une fascination et un challenge. Il faut attendre 2012 avec son rôle de tortionnaire de la CIA dans « Zero Dark Thirty » pour qu’il révèle pleinement son potentiel et que les grands pontes d’Hollywood commencent à le considérer comme un acteur bankable. Depuis, il commence à prendre plus de place à l’écran. On pense à « Everest » mais aussi à « Winchester ».

Jason Clarke, c’est aussi l’homme au cœur de fer dans « HHhH ». Pour celles et ceux qui ne l’ont pas vu, il s’agit d’un film sur Reinhard Heydrich, l’homme derrière la « Solution Finale ». Il incarna aussi la figure mythique du chef de la rébellion John Connor dans le dernier Terminator. C’est aussi l’un des trois frères Bondurant dans « Lawless » (aux côtés de Tom Hardy et Shia LaBeouf).

Bien qu’il ne soit pas très branché réseaux sociaux et qu’il n’accorde que peu d’interviews, 2018 sera sans doute l’année de sa consécration. Dans « Chappaquiddick », il s’immerge entièrement dans le rôle du sénateur Ted Kennedy (le frère de JFK et Bob Kennedy). Le nom Chappaquiddick (une île au large du Massachusetts) réfère à l’incident du 18 juillet 1969 au cours duquel le politicien perdit la maîtrise de son véhicule, ce qui entraîna la mort de sa secrétaire de campagne Mary Jo Kopechne. L’incident fit scandale puisque beaucoup reprochèrent à Ted Kennedy de ne pas avoir porté secours à Mary Jo et surtout de ne pas avoir contacté la police immédiatement après le drame. Né un jour avant cet accident, on peut dire que ce rôle était destiné à Jason Clarke.

On le retrouvera aussi en octobre dans le prochain film de Damien Chazelle (« First Man ») centré sur la vie de Neil Armstrong. Clarke jouera Ed White, le premier homme à avoir réalisé une sortie extravéhiculaire dans l’espace.

En fin d'année, il tiendra tête à Matthew McConaughey dans le thriller psychologique « Serenity ».

En 2019, il partagera l’affiche avec Keira Knightley dans « The Aftermath ». Ce film, basé sur le roman de Rhidian Brook, raconte l’histoire d’un colonel et de sa femme envoyés à Hambourg pendant la période de reconstruction d’après-guerre.

Il n’est cependant pas du genre à se reposer sur ses lauriers puisqu’il vient d’une famille modeste dans le Queensland (Winton) pour laquelle le travail était une valeur importante. Il jongle actuellement avec sa carrière et son rôle de jeune père (sa compagne et lui ont un enfant de 3 ans et en attendent un deuxième).

Notre Top 5

# 1 HHhH (2017)
Il y incarne la figure du mal. En termes de noirceur, que demander de mieux ?

# 2 Everest (2015)
Il y joue Rob Hall, l'un des pionniers des expéditions commerciales.  

# 3 Mudbound (2017)
Série centrée sur la famille McAllan. Il y interprète Henry et délivre une performance beaucoup plus nuancée que ses rôles précédents. 

# 4 Zero Dark Thirty (2012)
Il est Dan, un agent de la CIA aux méthodes peu orthodoxes.
Notre critique complète ici

# 5 Lawless (2011)
Ici, il joue la brute de service. Mais quelle brute !
Notre critique complète ici.  
Et vous, dans quel film l’avez-vous particulièrement apprécié ? 
Goupil

Aucun commentaire:

Publier un commentaire