Recherche

mardi 23 juillet 2019

Netflix Chronicles: Chapter Four



Et de quatre pour notre série dédiée aux pérégrinations télévisuelles du Professeur Grant sur Netflix. Coup de projecteur sur les nouveautés cinématographiques du premier semestre de l’année apparues dans le catalogue. Au programme ? Ecrivons-le sans ambages : rien de bien intéressant.

Le géant américain éprouve toujours autant de difficulté à produire des œuvres de qualité. Et ce, nonobstant l’arrivée d’auteurs confirmés dans ses rangs à l’image de Susanne Bier (Bird Box), J.C. Chandor (Triple Frontier) ou encore Dan Gilroy (Velvet Buzzsaw).

Moyenne des notes attribuées cette fois-ci : 2/5. Ce n’est pas folichon tout ça ! Du coup, on attend avec une certaine impatience l’arrivée de « The Irishman » de Martin Scorsese, histoire d’avoir réellement quelque chose à se mettre sous la dent.

Découvrez dès maintenant nos mini-critiques en 140 caractères des derniers films « originaux » apparus sur la plateforme de contenu.






Bird Box (1/5)
Rien ne fonctionne dans cet ersatz de « A Quiet Place » écrit et filmé avec les pieds. Personnages ridicules et final Bisounours en prime.



The Christmas Chronicles (2/5)
Film de Noël par excellence, il transpire un charme so 90’s qui fait plaisir à voir avec sa morale à 2€ et ses péripéties bigger than life !




Polar (2/5)
Voilà bien une série b réjouissante qui s’assume totalement avec son ultra-violence graphique. Divertissant à défaut d’être passionnant.





Triple Frontier (1/5)
Ce qui devait arriver arriva. J.C Chandor (et sa filmo irréprochable) rate son film au casting rutilant et au scénario indigne de Mark Boal.





Isn’t It Romantic (3/5)
Si elle ne va pas au bout de son concept, cette parodie tordante des romcom est un petit bonbon acidulé qui ne se refuse pas. Super Rebel !





Velvet Buzzsaw (2/5)
A force d’hésiter entre la satire et l’horreur, Gilroy tire de son récit un film bancal et inconsistant mais non dénué d’intérêt. Mitigé.





The Highwaymen (2/5)
Première heure soporifique, dialogues ampoulés, interprétations balourdes, Lee Hancock ne parvient pas à tirer parti de son récit. Décevant.





Shaft (2/5)
Quelques punchlines savoureuses et une belle alchimie entre Jackson et Usher ne sauvent pas cette adaptation paresseuse d’un certain ennui.





Murder Mystery (2/5)
Sans être la plus honteuse des pantalonnades avec Sandler, cette farce est à l’image de Dany Boon (qui fait un caméo): sympa mais lourdaude.





The Dirt (2/5)
Insolent, irrévérencieux, licencieux, le film est conforme à l’image de Mötley Crüe. Il méritait cependant une réalisation plus rock’n roll!


Bonus de dernière minute :




Game Over, Man! (0/5)
Anulingus, émasculation, décapitation, gore à outrance, cette daube empile les outrances pour tenter vainement de choquer. Pitoyable.


- Professeur Grant -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire