Recherche

samedi 31 août 2019

Once Upon a Time in... Hollywood



En 1969, la star de télévision Rick Dalton et le cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date, poursuivent leurs carrières au sein d’une industrie qu’ils ne reconnaissent plus. 


 
I. Once upon a time…

Lettre d’amour au septième art, ode à une industrie cinématographique quelque peu fantasmée, reflet de l’année charnière 1969, « Once Upon A Time in… Hollywood » est surtout une chronique nostalgique qui cherche à capter une atmosphère, à saisir une époque qui allait tout doucement basculer.

Pour son neuvième film, si du moins on considère le diptyque Kill Bill comme un seul et unique volume, Quentin Tarantino se rappelle aux bons souvenirs de son enfance, quand il déambulait, aux alentours de ses six printemps, dans une Cité des Anges cinégénique et idéalisée.

Films, séries, musiques, publicités, mode vestimentaire, institutions locales… le cinéaste passe en revue tout ce dont il a souvenance. Ainsi, avec ce conte, ce dernier « se fait un kiff » et se crée sa propre Madeleine de Proust, non sans une certaine complaisance. D’ailleurs, son récit est davantage un prétexte pour coller sur la pellicule toute une série de petits plaisirs cinéphiliques.

Inondé de références en tous genres, son film s’affiche comme un véritable tableau mélancolique et presque désenchanté d’un monde en proie aux bouleversements : le cinéma classique de papa vs le Nouvel Hollywood et ses films avant-gardistes comme « Easy Rider », une société moralisatrice vs une jeunesse libertaire, l’utopie des sixties vs la fin du rêve hippie, etc. Un basculement qui sera marqué par un fait divers aussi tragique qu’abominable…

II. Manson Family

Il est nécessaire de connaître un minimum l’effroyable affaire de la Manson Family et les funestes desseins envers la comédienne Sharon Tate pour apprécier le suspens que QT ménage durant les 140 minutes du métrage. D’autant plus que le réalisateur joue avec nos attentes et ne se prive pas de réécrire l’Histoire - comme dans Inglourious Basterds - à la faveur d’un final ultraviolent.

Et c’est précisément cela qui intéresse le metteur en scène : quand la fiction dialogue avec la réalité. C’est pourquoi son récit tourne autour de deux protagonistes fictifs aussi proches (leur indéfectible amitié) qu’éloignés (leurs caractères diamétralement opposés).

En 1969, Rick Dalton, star sur le déclin voué aux westerns de second plan sinon spaghetti (impeccable Leonardo DiCaprio, à la fois émouvant, pathétique, détestable et adorable) et le cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date (incroyable Brad Pitt, mâle viril et charmeur avec une dégaine nonchalante), poursuivent leurs carrières au sein d’une industrie qu’ils ne reconnaissent plus.

Ils y croisent notamment Bruce Lee, Roman Polanski tout comme on verra également Steve McQueen. Tarantino se permet même quelques audaces comme la délicieuse scène de Rick Dalton dans « The Great Escape » ou encore la séquence où Margot Robbie en Sharon Tate fictionnelle sourit devant son modèle dans « The Wrecking Crew ».

III. Tarantino at his best

Œuvre-somme aux allures d’hommage à la Mecque du cinéma, cocktail épicé de pop culture, voyage cinéphile et onirique, chronique élégiaque sur fond de tragi-comédie, « Once Upon a Time in… Hollywood » est bel et bien un film hors-norme, parfait reflet de la démesure du génie virtuose qui se tient derrière la caméra.

Le métrage passionne et ce nonobstant la faiblesse de son intrigue et ses nombreuses digressions qui peuvent paraître futiles au premier regard. Des détours qui permettent malgré tout de dévoiler une nouvelle facette, plus intime, de la personnalité du cinéaste.

Des éléments qui échapperont sans doute au grand public, peu connaisseur du savoir-faire tarantinien, mais qui réjouiront les fans hardcore du wonderboy d’Hollywood. Ces derniers retrouveront les gimmicks propres au quinquagénaire ainsi que ses obsessions et autres lubies (logorrhée, fétichisme…). Et les plus cinéphiles seront aux anges avec quelques éclats de mise en scène (DiCaprio qui se/nous parle dans le miroir).

Enthousiasmant, jubilatoire, foisonnant, son pénultième film en tant que réalisateur est sans conteste l’un de ses meilleurs, le plus personnel aussi. Et esthétiquement le plus beau de sa filmo avec une reconstitution aussi minutieuse que maniaque des années soixante. Cette nouvelle pellicule n’est pas exempte de tout défaut, certes, mais elle a la sincérité d’un cinéaste qui a réalisé son rêve.


Note : 
Critique : Professeur Grant




Autre critique, autre avis :


TA-RAN-TI-NO. L’homme qui répond à ces quatre syllabes s’est fait une place à Hollywood. Le nom de Tarantino est aujourd’hui synonyme de cinéphilie, de violence, de répliques catchy, de propos outranciers et de génie créatif. Même si sa réputation le précède, Tarantino peut-il encore se réinventer et rester frais dans une industrie où ses films sont devenus cultes ?

Totalisant sept minutes de standing ovation à Cannes (et quelques sifflements de la gent féminine au moment où Cliff Booth (Brad Pitt) tombe la chemise), « Once Upon a Time... in Hollywood » n’est pas passé inaperçu sur la Croisette ! En suivant les traces de Sergio Leone sur les terres d’Amérique et plus particulièrement dans le grand Ouest, Quentin Tarantino plante le décor à Hollywood.

Ces dernières années, bon nombre d’hommages à Hollywood ont fleuri sur la toile. Michel Hazanavicius et Thomas Langmann décrochèrent en 2012 l’Oscar du meilleur film avec leur travail sur « The Artist » dans lequel il était question du passage du cinéma muet au parlant. L’hommage vibrant des frères Coen aux fifties de la Cité des Anges (« Hail Caesar ») fut salué par la critique sans toutefois rencontrer son public. Plus récemment, Damien Chazelle atteignit des sommets avec sa comédie (musicale) contemporaine « La La Land ». Sans surprise, un cinéphile comme Q. T. se devait d’emboîter le pas. Son hommage à Hollywood prend quant à lui place à la fin des sixties. Rien de surprenant pour un enfant des années soixante !

Comme à son habitude, Tarantino rassemble autour de lui un gratin de superstars qui réunit presque à lui seul le tout-Hollywood : Leonardo DiCaprio, Brad Pitt, Margot Robbie, Dakota Fanning, Al Pacino, Emile Hirsch, Bruce Dern, feu Luke Perry, Damian Lewis et Timothy Olyphant. Margaret Qualley (Pussycat) – la petite nouvelle – ne se laisse pas impressionner et donne la réplique à Brad Pitt sans sourciller. Que dire de la talentueuse Margot Robbie qui, bien que son rôle soit sous-exploité, incarne aisément le pouls du film ? Avec ses airs de duo Redford/Newman, le tandem formé à l’écran par Pitt/DiCaprio est très clairement la pierre angulaire du film. Ce tandem au ban de l’industrie tentant de tracer sa route et de survivre à cette époque transitionnelle n’en est pourtant qu’à sa première collaboration. L’épais script à l’allure de roman leur a permis de puiser dans la longue amitié de leurs personnages respectifs.

Histoires parallèles en veux-tu en voilà comme dans « Pulp Fiction », montée crescendo de la tension, limitation d’utilisation d’effets spéciaux (pour les séquences de voitures en ville), références à des films tombés dans l’oubli (« The Wrecking Crew », « HammerHead » ou encore « Gunman’s Walk » pour n’en citer que trois), etc.: la patte du réalisateur de « Jackie Brown » est bien là ! 
 
25 ans après « Pulp Fiction », Tarantino signe une lettre d’amour au Los Angeles d’antan et à une décennie tumultueuse. Les tristement célèbres meurtres du 9 août 1969 marquèrent non seulement la conclusion du mouvement Hippie, mais aussi la fin de l’insouciance sexuelle et des sixties. En outre, Q. T. rend aussi hommage au cowboy, ce héros d’un autre temps. Sharon Tate est elle aussi mise à l'honneur. Quelle plus belle marque d’amour envers l'actrice que ce final ponctué d'uchronie ? Le cinéaste prend aussi soin de faire des allers-retours entre le côté glam du business et l’envers du décor. Rick Dalton – le personnage de Léonardo – symbolise en ce sens l’anxiété d’être laissé-pour-compte dans un monde qui évolue constamment. Un sentiment qui doit parler à beaucoup dans la profession.

Fun, iconique, nostalgique, « Once Upon a Time... in Hollywood » n’est sans doute pas le meilleur Tarantino mais demeure du pain béni pour tous les cinéphiles affamés. La photographie de Robert Richardson sublime au plus haut point la vision de Quentin. Un peu longuet (2h41) au vu de ses nombreuses digressions, ce film ne sonne pourtant pas le glas pour la carrière de Tarantino. 
 
Note :
Critique : Goupil

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire