Recherche

mardi 3 décembre 2019

Le Meilleur Reste à Venir


Suite à un énorme malentendu, deux amis d’enfance, chacun persuadé que l’autre n’a plus que quelques mois à vivre, décident de tout plaquer pour rattraper le temps perdu.






Luchini-Bruel, un tandem complice

Sept ans après le triomphe critique et public cent fois mérité de l’excellent « Le Prénom », le tandem Matthieu Delaporte/Alexandre de la Patellière retourne derrière la caméra pour nous conter que « Le meilleur reste à venir ». Une comédie de boulevard débridée aux accents funèbres avec, devant l’objectif cette fois-ci, une autre paire : Fabrice Luchini et Patrick Bruel, aussi complices à l’écran que surprenants sur le papier. Ils jouent deux amis d’enfance, chacun persuadé que l’autre n’a plus que quelques mois à vivre. C’est alors que notre duo décide de tout plaquer pour rattraper le temps perdu.

Rires, larmes et invraisemblances

Interprétations sans faille, mise en scène à l’avenant, joutes oratoires désopilantes, comique de situation à faire travailler vos zygomatiques, cette dramédie réussit sur les deux tableaux : la comédie et le mélodrame. Entre rires et larmes, la projection se transforme en grand huit émotionnel pour les pupilles les plus sensibles. Néanmoins, on émet quelques réserves sur le quiproquo originel. Artificiel et poussif, ce malentendu ne permet pas d’expliquer ni de justifier les réactions des protagonistes. Il faudra donc faire fi de toute vraisemblance et accepter ce postulat improbable pour profiter pleinement du récit.

Calibré pour la fin d’année

Un scénario burlesque qui n’hésite pas à jouer la carte de la facilité et à emprunter des détours superfétatoires (l’escapade indienne) amenant à quelques lenteurs dans le dernier tiers. Cela émis, ne boudons pas notre plaisir, « Le meilleur reste à venir » s’affiche in fine comme une très jolie fiction mélancolique sur l’amitié, qui va droit au cœur de ses spectateurs. Les personnages se parent d’une belle épaisseur, interprétés en outre par des acteurs en forme olympique, les dialogues sont minutieusement ciselés et l’épilogue juste parfait. Un film bienveillant d’une belle humanité idéalement calibré pour les sorties cinéma de la fin d’année.

Note : 

Critique : Professeur Grant

Aucun commentaire:

Publier un commentaire