Recherche

mardi 10 mars 2020

Netflix Chronicles: Chapter Five



Disney +, Amazon Prime, Apple TV+, WarnerMedia… La guerre du streaming est déclarée ! Loin de se laisser démonter, l’empire Netflix contre-attaque avec (enfin !) des longs-métrages de qualité. Excellente fournée donc pour ce cinquième chapitre des pérégrinations télévisuelles du Professeur Grant sur la fameuse plateforme de contenu !
  
Il y a tout d’abord les films « fer de lance » à l’image des nouveaux métrages réalisés par des auteurs confirmés (Scorsese, Soderbergh, Gilligan, Meirelles, Baumbach, Michod), mais aussi des films qu’on n’a pas vu venir et pour lesquels l’opérateur culturel n’a pas déboursé énormément d’argent dans la promotion (pas de présence dans un festival ou d’opérations marketing notables) à l’image des fictions réalisées par Sergio Pablos (le film d’animation Klaus), Brad Anderson (le thriller psychologique Fractured) ou Grant Spitore (le sci-fi movie I Am Mother).

De vraies surprises qui méritent bien mieux que leur statut de film-catalogue qui pourriront bientôt au fin fond d’une catégorie. Un destin peu reluisant, versant négatif de la stratégie Netflix. Leur salut ? Le bouche-à-oreille. Ce que nous faisons, à notre humble niveau, avec ces « Chronicles ».

Bonne lecture et surtout bon(s) film(s) !






I Am Mother (3/5)
De l’excellente SF. Tellement bonne qu’on se demande si on est bien chez Netflix. Sputore réussit un premier film prometteur de grande class






El Camino (3/5)
Sans surprise mais conforme au label qualité Breaking Bad, Gillian offre ni plus ni moins un cadeau aux fans. Aaron Paul est sensationnel!






The Laundromat (3/5)
Avec cette satire jouissive et son casting qui s’éclate (Banderas/Oldman, exquis!) Soderbergh réussit à rendre tangible un sujet hermétique.






Fractured (3/5)
Un scénario infaillible et une mise en scène au diapason, non, vraiment, Brad Anderson est un cinéaste sous-estimé qui mérite plus d’égard !






The King (3/5)
L’intérêt principal de ce film réside dans l’interprétation solide de Timothée Chalamet. Ce dernier éclipse un Bob Pattinson en roue libre.







Dolemite Is My Name (4/5)
Eddie Murphy ne pouvait rêver meilleur scénario pour signer son come-back. Funky, drôle et feel-good, Dolemite est son meilleur film depuis…






Klaus (4/5)
Sans conteste l’un des plus beaux films de Noël, mais aussi l’une des meilleures prod’ estampillées Netflix. A consommer sans modération !






The Irishman (4/5)
La mise en scène sobre et appliquée de Scorsese permet d’apprécier l’excellent scénario de Zallian. Pesci et Pacino sont extraordinaires!






Marriage Story (4/5)
Le film vaut autant pour le récit incisif de Baumbach que pour le face-à-face des plus authentiques entre Johansson et Driver. Quelles perf!






The Two Popes (4/5)
Duel au sommet avec deux Stradivarius. Entre éloquence et esprit, les débats théologiques sont captivants et les joutes irrésistibles. Amen.





Bonus de dernière minute




6 Underground (2/5)
Un actionner pyrotechnique à l’image de ses personnages: creux mais fun. Réservé aux fans hardcore du cinéma dégénéré signé Michael Bay.


- Professeur Grant -

Aucun commentaire:

Publier un commentaire