mercredi 5 août 2020

Snowpiercer

Sept ans après que le monde soit devenu une vaste étendue glacée, les survivants ont trouvé refuge dans un train en perpétuel mouvement. Composé de 1001 wagons, l'engin fait le tour du globe à toute vitesse. A bord, la guerre des classes, l’injustice sociale et la politique interne sèment le trouble.



En 2013, Bong Joon-Ho – la Palme d’Or à Cannes l’an dernier – nous livrait sa vision d’un monde imaginé par Jacque Lob et illustré par Jean-Marc Rochette, à savoir : « Snowpiercer ». Cette nouvelle adaptation du roman graphique "Le Transperceneige" (1982) mise sur pied par Netflix est-elle à la hauteur du long-métrage ?

« Snowpiercer » se déroule sept ans après le départ du transperceneige. Pour rappel, les événements du film avaient lieu encore plus tard (dix-sept ans après). En d'autres mots, la série s'avère être une « préquelle ». 

Esthétiquement parlant, « Snowpiercer » tient la route. Dans ce train interminable, la symbolique des couleurs saute aux yeux. On progresse ainsi de l’ombre (les personnes à l’arrière du train ou « tailies ») à la lumière (les nanti-e-s de la première classe). N’oublions pas les décors. Forts de ses sets taille réelle, « Snowpiercer » ne peine aucunement à nous acheminer au cœur de l’histoire.

Le jeu de Daveed Diggs (Layton) ainsi que celui de Jennifer Connelly (Mélanie) prolongent encore un peu plus notre suspension consentie de l’incrédulité propre aux œuvres de fiction. On y croit de bout en bout !

Innovante, impressionnante et immersive, « Snowpiercer » est une série pas comme les autres. Whodunnit haletant dans sa première partie, thriller sci-fi dans son épilogue, « Snowpiercer » ne vaut probablement pas l’excellent film sorti il y a sept ans mais constitue néanmoins une halte télévisuelle bienvenue. Nonobstant les quelques détours scénaristiques, la série récompensera son public par des changements de rythme prenants et des révélations fracassantes.


Goupil


P.S.

Pour aller plus loin, on vous conseille le film (Bong Joon-ho) ou le roman graphique éponyme (véritable point de départ de ce périple). Bluffé-e par le jeu de Daveed Diggs ? Regardez « Blindspotting ». Ce film a fait grand bruit à sa sortie il y a deux ans.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire