mercredi 4 janvier 2012

La délicatesse


La Délicatesse est l’adaptation du roman éponyme de David Foenkinos. Pour la transposition de son œuvre, David a été aidé par son frère Stéphane ; les deux frères travaillant de concert pour offrir une vision plus large et complète. Mais quel est le sujet du film? 

Nathalie est jeune, belle, et file le parfait amour avec François. A la mort accidentelle de son mari elle se réfugie dans le travail, mettant sa vie privée en sommeil. Jusqu’au jour où, sans vraiment savoir pourquoi, elle embrasse Markus, un collègue pour le moins atypique. S’ensuit alors la valse sentimentale de ce couple hautement improbable, à la grande stupéfaction, parfois même colère, des autres salariés. Choisit-on vraiment par quel moyen on revient à la vie ? Cette histoire de renaissance est aussi celle de l’étrangeté amoureuse.



Si l’on pouvait espérer que François Damiens délaisse son rôle de l’Embrouille, il n’en est rien. Loin d’un rôle de composition, Damiens endosse ici le rôle de Marcus Lundl, un personnage - pourvu d’une grande délicatesse certes – gauche et lent à la détente. Quant à Audrey Tautou, elle se glisse dans un rôle touchant ; une sorte d’Amélie Poulain en deuil. Le film traite ainsi de la manière dont chacun fait face au deuil ; d’aucuns préférant se renfermer sur eux-mêmes, d’autres choisissant de se réfugier sous le poids du travail.

François (Pio Marmaï, retenez bien son nom) et Nathalie (Audrey Tautou)

Avec ‘La Délicatesse’, les frères réalisateurs réussissent leur pari. On pourrait même penser qu’il ne s’agit pas de leur première tentative cinématographique. Le couple Tautou-Damiens fonctionne. Damiens rempli son contrat. Tautou quant à elle est troublante et n’aura aucun mal à vous décrocher une petite larme vers la fin de ce film attachant.

Note : 
Critique : Goupil

Aucun commentaire:

Publier un commentaire