dimanche 23 avril 2017

The Edge of Seventeen

Nadine et Krista, ces deux meilleures amies, étudient dans le même Lycée. Leur amitié est mise à mal lorsque la première apprend que la seconde sort avec son grand frère... 



« 17 ans, sérieusement.. ». Sérieusement, est-ce là le titre choisi pour nos contrées francophones ??! Nous ne le dirons jamais assez : les pseudos traductions foireuses de titres US sont consternantes ! Passé ce coup de gueule, 'The Edge of Seventeen' est un teen movie pas comme les autres. Explications.

Hailee Steinfeld ('Begin Again', 'True Grit') – le rôle principal – se jette corps et âme dans cette presqu'analyse de l'adolescence. Dans cet immense puzzle qu'est la construction identitaire, Nadine devra comprendre que sa véritable ennemie n'est pas celle qu'elle croit. Tantôt colérique, tantôt renfermée, tantôt rêveuse, tantôt rebelle, la jeune actrice qui interprète Nadine montre toute l'étendue de son talent et porte presque le film sur ses seules épaules ténues.

Presque, puisque sur l'affiche se trouve également un certain Woody Harrelson. Ce bon vieux Woody renforce – comme s'il en avait encore besoin – son capital sympathie auprès de sa fanbase en interprétant le rôle d'un prof décontracté et responsable à la fois. Il est le prof que tout ado rêverait d'avoir ; un habile pédagogue en mode Fonzie (la série 'Happy Days') en somme.

La réalisatrice – et oui, il fallait bien une représentante de la gent féminine pour réaliser un portrait de femme aussi juste et nuancé, Kelly Fremon Craig, n'a pas son pareil pour poser sa caméra à hauteur de ces adolescents pas trop boutonneux. C'est certainement le seul aspect négatif à constater. Un portrait réussi de la grande enfance mais un portrait légèrement narcissique qui occulte en grande partie les complexes par lesquelles nous sommes tou-te-s passé-e-s.

Si le film ne parvient pas à faire de l'ombre aux anciens du bahut ('Breakfast Club', 'Ferris Bueller's Day Off', 'Say Anything', etc), il n'est cependant pas dépourvu de qualités et trouvera une place sur le banc aux cotés de 'Juno', 'Mean Girls' ou encore 'Easy A'. En outre, la réalisatrice connaît ses classiques et nous le fait savoir avec de nombreuses références (dont une évidente au film 'The Big Lebowski').

Faisant fi des clichés du genre (pas de père abusif, ni de bal de fin d'année ou encore de brimades à l'école), 'The Edge of Seventeen' contribue à rajeunir un genre si familier.

Note :
Critique : Goupil 

Sortie en Belgique : 26 avril 2017 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire