mercredi 10 juillet 2019

Shaft

Le légendaire détective privé John Shaft II fait équipe avec son fils, l'expert en cybersécurité JJ Shaft Jr., pour tenter d'en savoir plus sur un décès suspect en parcourant les rues de Harlem.

Suite des films éponymes de 1971 et 2000, « Shaft » (2019) réunit différents interprètes du célèbre détective privé de Harlem aux méthodes peu conventionnelles. Samuel L. Jackson (Shaft II) et Jessie T. Usher (Shaft junior) se partagent les restes de l’héritage laissé par le héros de la blaxploitation : Richard Roundtree. Héros qui n’a d’ailleurs pas perdu de sa superbe !

Vaut-il mieux exceller dans la bêtise ou bien risquer de se prendre trop au sérieux ? Gageons que les scénaristes de « Shaft » n’ont pas hésité une seule seconde. « Shaft » – nouveau – est un nanar qui n’est pas sans rappeler les B movies funky des années 1970. La bande originale, très rétro, nous replonge presque dans le Harlem de l’époque. Visuellement, nous sommes par contre bien en 2019. Seuls les méthodes de Shaft n’ont pas changées. Ce qui fait cruellement défaut au film, c’est l’humour douteux qui prend ses racines dans la misogynie et parfois même… l’homophobie. Bad Shaft

Avec « Shaft », Tim Story ne connaîtra sans doute pas l’ignominie du banc de touche des réalisateurs mais il risque fort bien de ne plus se voir confier de grands projets. Si vous avez deux heures à perdre, mieux vaut ne pas vous laisser enquiquiner par la famille Shaft. 

Goupil 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire